Ensemble irlandais de 100 Idées

20191128_134326

Attention, total vintage !

Accro aux torsades – et aux rayures, mais ce n’est pas le sujet – j’ai eu un gros coup de cœur pour La Folle Complainte des Tricots d’Aran du magazine 100 Idées de juillet/août 1974…..année exceptionnelle s’il en fût…..(un ange passe)

Je me suis procuré le magazine sur eBay, c’est plus pratique.

J’ai utilisé la laine Sport de Bergère de France, couleur « Ours », des aiguilles 4,5 pour les bordures et 5 pour tout le reste.

Le point est très bien expliqué dans le magazine, se mémorise très rapidement et le tout monte très vite.

Pour une fois, j’ai soigné les coutures. Je n’ai jamais rien compris au grafting, alors je me suis contentée de mettre les pièces à plat devant moi, à l’endroit, et de tout assembler bord à bord, à la main, avec une sorte de point de surjet, en piquant mon aiguille au pif. Méthode personnelle et fort peu orthodoxe mais qui a donné des coutures absolument invisibles, tant sur l’endroit que sur l’envers.

Les gros boutons en bois viennent de chez Aliexpress. J’ai rebrodé les boutonnières au point de feston afin qu’elles soient solides et tiennent bien fermées.

Par contre, mon état de gauchère m’a conduite à faire une énorme bourde. Vous ne voyez pas laquelle ? Tant mieux ! Comme je tricote de gauche à droite et non de droite à gauche, je n’ai pas fait les boutonnières du bon côté ! En même temps, qui sait encore de nos jours que les boutons des femmes sont du côté gauche et les boutons des hommes du côté droit ?

20191128_134520

En tout cas, elle est très confortable et tient bien chaud. Je l’adore !

20191128_134543

Vive le satin de coton ! Vous conduisez pendant 5 minutes top chrono et vous vous retrouvez avec une Belladone toute chiffonnée ! Tant pis, je l’adore quand-même et j’adore conduire aussi.

Bien évidemment, il me fallait le béret assorti, comme sur la photo (mais pas le chien, c’est sûrement un bon gros toutou, mais ça ferait désordre dans mon appartement en ville). Les explications n’étaient pas dans le magazine, alors, comme cette astucieuse Centidéaliste, je me suis procuré le modèle Aran Tam de Carol F. Metzger.

J’ai suivi les explications à la lettre, sauf ces quelques modifications, pour avoir le même que celui de 100 Idées et qu’il soit assorti à ma veste :

  • j’ai remplacé les côtes 1/1 du début par des côtes 1/1 torse, comme expliqué dans 100 Idées ;
  • j’ai remplacé le « RT » par la corde de 100 Idées ;
  • j’ai remplacé le losange bizarre sur 18 mailles par le losange en point de riz de 100 Idées (il suffit de le faire sur 18 mailles au lieu de 14).

Là encore, j’ai utilisé les aiguilles 4,5 pour les côtes et 5 pour le reste.

20191128_134355

Ma maman ayant eu le coup de foudre pour mon béret (mon fiston aussi, comme vous pouvez le constater), je lui ai proposé de lui en faire un. Vous savez quoi ? Elle a direct débarqué avec ses fonds de pelote de Sport et je lui ai fait non pas un, mais trois bérets !

20191204_153635

Du coup, j’ai dû promettre à Petit Pierre de lui faire le même béret aussi. En fait, je pense en faire deux autres : un pour moi et un pour lui, en Sport coloris « Naturel ».

Sinon, j’ai investi dans des appareils à pompons, vendus une bouchée de pain chez Aliexpress.

Je dois l’avouer, je lorgne de plus en plus vers l’étole de Molly Malone et la couverture…..(explications ici, pas dans le magazine).

Et si vous avez vous aussi la nostalgie de 100 Idées, je vous conseille les deux fabuleux blogs que j’ai cités plus haut. 😉

Jean Dawn de Megan Nielsen

20191106_191951

J’ai cousu un jean, un vrai ! Oui, oui ! Et il va très bien avec mon pull Vintage Charmer de Drops et mes baskets Totoro !

Un jour, j’ai dû faire face avec courage et lucidité au drame de ma vie : l’homme idéal n’existe pas. Le jean idéal non plus.

Vous me connaissez, je n’avais pas dit mon dernier mot !

En ce qui concerne le jean, je savais très précisément ce que je voulais (au sujet de l’homme aussi, faut pas croire, mais ce n’est pas vraiment le sujet de cet article) : le jean que je portais dans les années 90. Ce qu’on appelle de nos jours le jean mom.

Donc, mon cahier des charges était le suivant : près du corps sans être « skinny » (quelle horreur !) pour pouvoir respirer, une taille vraiment à la taille (qui recouvre le nombril, quoi), qui ait quand-même toutes les surpiqûres, rivets, étiquette en cuir, tout ça, des jeans du commerce. Et qui soit blanc !

Bref, c’était pas gagné. J’ai quelques patrons dans mes Burda et mes Fait Main préférés, ceux des années 90, justement, mais rien qui ne me satisfasse vraiment. Et je n’ai rien trouvé dans le commerce qui ne coûte pas un bras. Un jean, c’est un jean, merde, pas moyen de payer ça 80 euros, faut pas déconner !

Il y a quelques mois, je trouve enfin le tissu qui me va : un twill de coton blanc en promo chez Tissus de Rêve. Ni une, ni, deux, je commande 4 mètres. Et puis je laisse mûrir tout ça dans un coin de ma tête, en me disant que je finirais bien par trouver le patron de mes rêves aussi.

Et puis soudain, le coup de foudre ! Je tombe sur le jean Dawn de Megan Nielsen. C’est lui, le seul, le vrai, l’unique, il y a même la braguette boutonnée !!!! Bon, pour mon premier opus, je n’ai pas osé, j’ai acheté un zip à la mercerie. J’ai également opté pour des surpiqûres ton sur ton, pas folle la guêpe (et puis mon jean blanc à la fac il était comme ça et avec un zip, na ! Marie, Grand Prix de la Maturité, aujourd’hui).

J’ai cousu l’option A, le jean cigarette (soyons fous !) en taille 6 pour être sûre de rentrer dedans quand-même (traduire : pouvoir le fermer en dépit de ventrounet), aucun entoilage (sauf les quatre petits carrés comme Megan l’explique sur son blog, d’ailleurs, on peut trouver tous ses tutoriels concernant ce jean ici). Ah ! J’allais oublier : j’ai brodé à la machine la boutonnière en forme de goutte d’eau si caractéristique des jeans.

Et ta-da !!

20191106_211631

20191106_192042

En prime, la pensée philosophique du jour, qui figure sur l’étiquette (trouvée chez Aliexpress, ainsi que le bouton jean et les rivets jeans ; mes aiguilles machine spéciales jean aussi, de mémoire) :

20191107_163105

Donc, comme je le disais, le jean idéal n’existe pas, c’est pour ça que je l’ai fait moi-même.

Pour ce qui est de l’homme idéal, c’est pareil, j’ai dû le faire moi-même aussi. Il est parfait et il m’a aidée pour la découpe du tissu.

20191007_142040

Comme je le dis toujours : on est jamais aussi bien servie que par soi-même ! 😉

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Sushis

20191027_123510

Aujourd’hui, c’est sushis ! Une commande de Petit Pierre, 3 ans et 1/2, qui a des goûts déjà bien affirmés pour son âge. 😉

Et puisque je n’ai pas non plus envie de passer des plombes en cuisine et que, chez moi, c’est Tupperwareland (« Maman, j’aime trop mes boîtes à bêtises Minions, je pourrais avoir les boîtes à bêtises Schtroumpfs, s’il te plaît ? » toujours Petit Pierre), j’en ai jusque dans la salle bain, c’est dire (ouaich, même un porte-savon Tupperware collector, voui madame !), bref, j’ai utilisé cette recette (et vous trouverez ici la vidéo qui va bien).

Pour les nigiri, j’ai utilisé de la truite fumée et pour les maki, des feuilles de nori, un avocat et les chutes de truite fumée.

Bon, sinon, encore quelques simplifications :

  • il y a belle lurette que j’ai remplacé le vinaigre de riz par du vinaigre blanc (celui-là même que j’utilise pour le ménage, parfaitement) ;
  • et le riz à sushi par du riz à risotto ;
  • pour l’assaisonnement du riz : un demi-verre de vinaigre, j’y ajoute une cuillère à soupe de sucre et une cuillère à café de sel, hop, je mets le verre une minute au micro-ondes, je touille et je verse sur le riz.

Avec les moules Tupp, c’est super vite fait, et le riz est toujours parfait avec le cuiseur à riz !

Non, je ne vends pas des Tupperware, mais, comme je le dis toujours en rigolant, si je m’y mettais, je ferais un carton, je suis capable de vous prendre la tête pendant des heures, avec. Donc, j’arrete pour aujourd’hui, parce que vous allez finir par me détester. 😉

Bon appétit 🙂

 

Back is back de Vanessa Pouzet

DSC02449

Bon, allez, je vais commencer par vivre un grand moment de solitude devant mon écran…..parce que je l’ai déjà réalisé, ce top, à l’époque où je me suis remise sérieusement à la couture….et qu’il était totalement raté !

Voilà, ça, c’est fait.

Bien entendu, je suis trop têtue pour rester sur un échec. Je finis toujours par rebondir, même si cela me prend des années. Je suis comme l’araignée, je tisse ma toile. Gniark gniark !

En fouillant dans mes chutes de tissu, je tombe sur ce piqué de coton, me rappelle de ce top, que j’avais cousu dans une chute de piqué de coton, justement, et me dis : pourquoi pas ? Il n’est pas très gourmand en tissu, joli et vite cousu. En piqué de coton, il était confortable, bien que je me sois plantée également dans le choix de la taille et que j’avais un peu de mal à respirer dedans.

Bref, vous l’aurez compris, je l’ai refait. J’ai pris la taille au-dessus, cette fois et, surtout, surtout, j’ai bien tout suivi les explications de Vanessa. J’ai utilisé mon passepoil argenté et mon biais gris, que j’avais acheté en grosse quantité chez Aliexpress.

Voilà. Des chutes de tissu en moins et un classique en plus dans ma garde-robe.

Et, au moins, il est aussi réussi devant…..

DSC02443

…… que derrière !

DSC02451

Il est aussi à la bonne taille, à savoir un 38.

N’empêche, c’est dans des cas comme ça que je me rends compte à quel point mes cousettes étaient devenues nulles au fil des ans ! Et quand je compare les photos de ces deux articles, mon autosatisfaction quant aux progrès que j’ai réalisés est au top ! En revanche, mes photos sont toujours nulles, quant à elles, mais que voulez-vous, je ne peux pas être douée en tout ! 😉

 

Pyjashort et nuisette

Pour l’été (prochain) et pour utiliser le jersey qui me restait de mes bodies de Marie….

Forcément, après m’être éclatée avec Le body de Marie, j’ai craqué pour son livre Coudre le stretch. J’étais obligée, vous dis-je !

Je suis partie sur le débardeur Gabriel, que j’ai réalisé en deux versions : une version débardeur toute simple et une version robe.

Il me restait un peu de tissu à rayures, j’ai donc opté pour le short Lula assorti (mais plus assez de tissu, d’où fuck les raccords – au dos – et la ceinture en jersey velours noir).

Voici donc un pyjashort et une chemise de nuit :

20190924_143845

Le tout est vite cousu et très confortable. A bas les chutes !

Combinaison Sirocco de Deer & Doe

Réunion des Moutons Anonymes, 11 septembre 2019 :

 » Bonjour, je m’appelle Marie,

– Bonjour Marie,

– J’ai cousu la 5000ème et la 5001ème Sirocco en maille milano de la Toile depuis la parution de ce patron,

– Bêêêêêêê. « 

Oui, bon, d’accord, j’ai flashé moi aussi sur la combinaison Sirocco, comme toutes les fans de Deer & Doe…..

Flash back : il y a environ un an, j’avais acheté 6 mètres de maille milano chez Bennytex, afin de me coudre une robe Burda pour laquelle j’avais eu le coup de foudre. Devant l’ampleur de la tâche (ou plutôt du coupon) je m’étais quelque peu dégonflée, je dois bien l’avouer.

Et puis il y a quelques semaines, je me suis lancée. Après avoir coupé les pièces de cette robe, dont le plan de coupe est un peu particulier (je vous expliquerai tout prochainement, promis, enfin, lorsque je l’aurai enfin cousue, quoi), il m’en restait près de la moitié, principalement en longueur. Et là, je me rends compte que je peux facilement y caser les pièces d’une Sirocco ! Danse de la joie !!!

Voici donc la énième Sirocco (si, si, il y a déjà plus de 2 000 # sur Instagram, c’est dire), LA combi de l’année, celle qu’on ne présente plus :

20190911_172814

Très vite cousue, elle est d’un confort inégalable. C’est bien simple, c’est comme se balader chez soi dans son vieux pyjama fétiche complètement avachi. Bref, je l’adore ! D’ailleurs, lorsque je la sors, Pierre me dit : « Maman, tu as mis ton pyjama ! ». Euh….ouais….bon….là, je ne sais pas trop comment le prendre…..

Et puis, dans la foulée, comme il me restait encore de ce tissu, j’ai eu l’idée de l’associer au reste de maille milano dans laquelle j’avais cousu ma robe Aldaïa de Pauline Alice, pour en faire une version short bicolore.

20190824_162032

Bref, deux Sirocco sans acheter de tissu pour les réaliser, je suis franchement ravie ! Et puis quel confort !!

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Par un après-midi pluvieux…..

Il pleut depuis ce matin, j’en ai donc profité pour sortir les boulets du tiroir des tricots en cours.

Tout d’abord, ces deux panneaux en tricot irlandais.

20190701_162038.jpg

Après avoir cousu les côtés, les boutons et rentré les fils, voici un deuxième bas pour mon pull transformable Bergère de France.

20190820_141436

J’ai utilisé tous les restes de mes pelotes Barisienne du premier bas, donc ça fait un truc très chamarré, une fois encore. Et je suis venue à bout de toutes ces pelotes.

Les fans d’Alice Starmore auront reconnu les motifs du pull St Brigid. 😉

Ensuite, j’ai fini cet ensemble bonnet/écharpe/broche issu du Chouette Kit n° 13. En vérité, je n’ai eu qu’à coudre la fermeture métallique derrière la broche, justement. J’avais fini et rentré les fils depuis des semaines.

20190820_141634

P’tit Biscuit et P’tit Pierre se sont tapé l’incruste sur ma photo. 🙂

Voilà, mon tiroir à encours est presque vide. Mon stock de restes de pelotes en a pris un coup également, je suis ravie. Je vais pouvoir en commander de nouveau chez Bergère de France.