Gilet rayures et jours de Bergère de France

gilet_rayures_medium2

Photo Bergère de France retrouvée chez Ravelry

Un modèle que j’ai depuis une bonne dizaine d’années dans mon disque dur…..et tricoté dans ma laine préférée, Idéal de Bergère de France, en plus !

Je me suis enfin décidée, quoi. Des couleurs d’origine, seule Olivine existe toujours. Pour les autres, j’ai utilisé Danseuse, Jaune et Girolle, afin d’être au plus près du modèle, dont le mélange de couleurs m’a toujours fait craquer.

Voici donc ma version :

20190514_153041

20190514_152106

J’en profite pour vous montrer le bonnet assorti à mon ensemble snood et mitaines. Il s’agit aussi d’un modèle Bergère de France, réalisé dans le reste de ma laine.

20190514_152858

Pour en revenir au gilet, j’ai eu une méga flemme de faire le montage de façon classique, alors, après avoir repassé les pièces et rentré les fils…..j’ai sorti la machine à coudre. Ouaich. Un point zigzag étroit et le tour est joué. Après, il ne reste plus qu’à rentrer les multiples bouts de laine (merci les rayures) dans les « marges de couture » ainsi formées.

Non, parce que c’est toujours pareil : j’adore coudre, j’adore tricoter, mais je déteste coudre mes tricots, voilà, c’est dit. Au moins, avec cette méthode, je rechigne moins à faire mes finitions.

Le résultat m’a tellement plu que j’ai redéfait les coutures de mon pull transformable, totalement ratées et que je l’ai réassemblé à la machine à coudre lui aussi. Dans la foulée, puisque j’ai dû détricoter le col, je l’ai refait moitié moins haut et à part. J’ai utilisé cette bonne vieille méthode de Phildar pour le coudre au pull. Et puis, finalement, je trouvais que le bas, tricoté en rond, ne rendait pas bien avec le haut, tricoté à plat, alors j’ai refait le bas comme prévu à l’origine. J’ai gardé le snood (moins la rayure Vitrain du haut, je n’avais plus assez de laine, j’ai merdouillé en détricotant le col), enlevé les boutons pour les recoudre sur la nouvelle version et voilà. Un pull et un snood.

20190514_153821

20190514_152302

Bon, j’ai fini mes digressions, moi ? Je parlais de mon gilet, m’enfin (j’essayais, plutôt). Bref, j’ai cousu mes fameux boutons en bois de chez Aliexpress (oui, oui, j’en ai encore). Ah oui, j’oubliais, la bordure à part, bof, j’avais du mal à la coudre alors, au final, j’ai relevé des mailles et l’ai tricotée directement sur le bord du gilet. Je n’ai pas compté le nombre de mailles que je relevais, j’y suis allée complètement au pif. On a tendance à sous-estimer le pifomètre, qui est une unité de non-mesure vachement pratique au quotidien.

Maintenant que je me suis bien fait transpirer avec des pulls pour prendre tout un tas de photos pas trop pourries, je file me changer, hein !

Publicités

Trop Top et Keep Cool d’Ivanne S.

Dans la mesure où j’ai enfin réussi une Vitamine, je me suis dit que j’allais redonner une chance à ce patron-là aussi.

Version B avec parementure au niveau du col, ourlets rapportés, des pressions Kam de la même couleur que les fleufleurs du tissu (un polycoton des Coupons de Saint-Pierre), aucun entoilage, je l’ai cousue en 40, fait pas mal de « finitions + » chères à Ivanne et…..youhou ! Elle est parfaite !!

DSC02426

DSC02428

20190501_111317

Portée avec un jean et des Converse, elle sera impeccable pour flâner en ville (ou à la campagne, tiens !) à la belle saison.

20190501_111304

Cela dit, vous connaissez mon amour immodéré des robes……

Comme il me restait pas mal de tissu, je me suis dit que j’allais coudre une jupe assortie, afin de créer une « robe deux-pièces », comme ils disent dans Les Doigts d’Or (vous savez, mon encyclopédie des travaux d’aiguilles fétiche des années 70). J’ai jeté mon dévolu sur la jupe Keep Cool, patron que j’ai acheté le jour-même de sa sortie et que je n’ai jamais utilisé. Une couture très simple, pas de prise de tête, réglée en un après-midi, impression du patron comprise.

DSC02431

Version A, ampleur minimale, fausses poches italiennes plaquées, ceinture en fonction de la largeur de l’élastique que j’ai trouvé dans ma travailleuse (ce qui m’a permis de réduire le frou-frou à 1 centimètre), aucun entoilage, elle est confortable au possible (et tenez, en rédigeant ces lignes, je trouve soudain qu’elle ressemble à la jupe Goji de Deer & Doe), bref, ce patron tout bête est une pépite. J’ai cousu un 38, elle est très confortable.

Voilà donc ma « robe » Ivanne S., que j’ai hâte de porter. Vivement l’été !

20190501_111619

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Veste Burda

20190331_153340

Parfaite avec ma robe Opale de Grains de Couture

Encore une cousette nostalgique, puisque cette veste, je l’ai déjà réalisée il y a une vingtaine d’années. Je m’en suis débarrassée il y a deux ans environ et j’ai fini par la regretter, d’autant plus que je l’avais plutôt bien réussie, ce qui, sur le moment, m’a paru incroyable lorsque j’ai rouvert ce magazine Burda d’août 1995 (eh oui !) et que j’ai relu les explications. Gloups.

Puisque le tissu dans lequel j’ai finalement cousu ma robe Sofia ne convenait pas du tout pour cette veste, j’ai laissé mûrir cette obsession ce projet et, finalement, lorsque j’ai eu le coup de foudre pour mon pilou chez Tissus de Rêve, j’ai également acheté un peu de drap de laine léger pour faire cette veste. Pour la doublure, j’ai utilisé un reste de coupon de coton à chemise que j’avais acheté aux Coupons de Saint-Pierre. Je n’ai rien entoilé. Les boutons sont des antiquités que j’ai trouvées dans mon stock de boutons.

Je me suis bien mis la pression, je voulais qu’elle soit parfaite. Alors j’ai pris mon temps et j’ai fait les finitions à la main : ourlets invisibles, montage de la doublure (j’en ai fait une partie à la machine quand-même). Ouaich.

J’adore son look Fifties (sans blague ?!!), elle est parfaite à la mi-saison ou pour réchauffer mes Belladone, Opale et autres robes d’été que je porte aussi en hiver.

Je suis très fière du résultat, elle est encore plus réussie que l’exemplaire original.

J’ai cousu un 38, c’était la plus petite taille disponible et, comme c’est une veste et qu’elle est très ajustée, c’est parfait comme ça.

20190331_153404

Honnêtement, elle a été plutôt longue à faire, je ne sais pas si j’aurai de nouveau le courage de réaliser un truc aussi complexe (quand Burda met 3 étoiles – le maximum à l’époque – à un modèle, en précisant que cela signifie « ambitieux au niveau de la réalisation et détails raffinés », vous pouvez les croire !), mais là, mon autosatisfaction est à son comble. 😉

Allez, encore des photos, je ne me sens plus, sur ce coup-là ! 😀

20190331_153405

20190331_153401

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Vitamine d’Ivanne S.

DSC02413

Ouiiiiii ! Sonnez trompettes ! Sortez bannières et oriflammes !! J’ai enfin réussi une Vitamine portable ! Oui, portable ! Genre que je vais mettre, quoi. Incroyable.

Enhardie par ma réussite avec la robe Opale de la même Ivanne, je me suis dit que je ne pouvais pas en rester là avec Vitamine. J’aime trop les chemises (et les robes ; et les robe-chemise).

Bref, je me suis refait une Vitamine. En taille 40. Carrément. Histoire de pouvoir y caser mon 90 C et mes épaules de nageuse. Comme ma robe Opale, quoi.

Je n’ai pas pris trop de risques non plus : 1 mètre de viscose à 2 euros le mètre trouvée au marché, des pressions en résine posées à la Vario, pas d’entoilage. Et……bingo !

J’ai cousu cette version, avec en plus le pli d’aisance dans le dos.

DSC02408

Coutures anglaises surpiquées pour les coutures latérales, d’épaule et de dessous de manche, surjets ailleurs, finitions que j’affectionne sur mes chemises.

DSC02409

Je crois que je vais enfin pouvoir me coudre plein de chemises Vitamine !

Robe Sofia de Make my Lemonade

Décidément, je n’arrête plus, avec Make my Lemonade !

J’avais acheté un lainage chez Les Coupons de Saint-Pierre pendant les soldes. Un coupon 100 % laine, youpi, j’ai cliqué sur « commander » comme une dingue, sans avoir contrôlé le poids du tissu, telle Becky Brandon née Bloomwood voulant rafler un sac Prada sur eBay (on a des références culturelles ou pas !). Lorsque je l’ai reçu, déception de chez déception : un tissu certes superbe, avec une belle tenue, mais très fin, impossible de me faire la petite veste de mes rêves avec. J’ai donc décidé de me coudre la robe Sofia de Make my Lemonade, à la place.

Comme d’habitude, j’ai pris beaucoup de plaisir à coudre du MML, je n’ai absolument rien entoilé et j’ai posé des pressions Kam avec ma pince Vario.

Tout baigne. Sauf que….

Punaise des bois !!! Non, mais j’ai une dégaine de veuve Sicilienne !! Ok, mes gênes ont fini par parler, ça devait arriver tôt ou tard…..ou, si vous préférez, je ressemble à Parlomba, dans Asterix en Corse…..il ne me manque plus que le fichu sur la tête et l’air revêche…..

parlomba

Du coup, perdue pour perdue, nan parce que c’est sûr, je ne l’assumerai pas à l’extérieur, cette robe, allez hop ! Un bon coup de ciseaux, un nouvel ourlet et tada !!

20190319_180016

Je ne sais pas trop si je vais la porter, cela dit. Je trouve qu’elle me flanque un coup de vieux…..

 

Pyjama Make my Lemonade

20190217_103055

20190217_102933

Oui, encore un ! J’avais envie de me refaire le pyjama de Make my Lemonade, composé de la veste Pierrot et du pantalon Julio, pour flâner à la maison. Ma première version a été bennée depuis belle lurette, cette viscose était horriblement froissée au sortir de la machine à laver et le gros grain s’était totalement effiloché. Comme, en plus, je n’étais pas très satisfaite de mon travail, oust !

Et puis, il y a quelques semaines, ma maman, abonnée à la newsletter de Tissus de Rêve, me montre la promo de la semaine : du pilou ! LA matière pour coudre un pyjama ! Ok, l’imprimé « jungle » hyper naïf conviendrait plus au mien, de Pierrot, qu’à moi, mais j’ai eu le coup de foudre.

Pressions nacrées et passepoil gris pour la veste et biais gris pour la ceinture du pantalon (toutes ces fournitures viennent de chez Aliexpress). J’ai cousu un 36.

Bref, voici donc mon pyjama, que je porte dépareillé à la maison, pas pour dormir. Le haut avec un jean et le bas avec un tee-shirt, quoi.

20190221_101733

20190303_135523

Cette fois, il est parfait, vraiment confortable, je suis très contente du résultat. Je suis toujours aussi fan de Make my Lemonade.

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

 

Jupe Ada et Short Carlotta de Make my Lemonade

Oui, je suis dans une période Make my Lemonade….

Ce qui ne m’a pas empêchée de me refaire une Datura de Deer & Doe….

J’avais déjà cousu un short Carlotta mais je ne l’ai jamais porté parce que, bon, disons, ce n’est pas que je n’arrive pas à fermer le bouton, hein, c’est juste que si je le ferme, je ressemble à Bibendum Michelin au niveau de la taille, de profil. Et même de face, d’ailleurs. Punaise ! Dîtes-moi la vérité ! Je n’aurai toujours pas perdu mon muffin sous nombril post grossesse lorsque Pierre rentrera au collège, c’est ça ?

Enfin bon, toujours est-il que je l’ai refait, dans un jean élasthanne des Coupons de Saint-Pierre, toujours en 36, mais cette fois, j’ai discrètement ajouté 2 cm de chaque côté à la taille en découpant le dos et son empiècement. Ni vu ni connu, le crime parfait. Il est même un poil large.

J’ai également ajouté 3 cm en bas des jambes, non pas pour le rallonger, mais parce que je trouvais que la finition laissait à désirer. Une pression métallique pour le fermer et le tour est joué.

20190302_152309

20190302_152346

Quant à la Datura, je l’ai faite dans les tissus d’une Craftine box, avec des boutons de mon vieux stock de boutons.

Dans la foulée, j’ai aussi cousu une jupe Ada, également en 36, et là, le muffin susmentionné m’a facilité le boulot : je n’ai pas eu besoin de mettre un élastique au dos. J’ai cousu la ceinture à la main après l’avoir rabattue à l’intérieur, j’avais envie de faire des finitions parfaites (et devant un épisode de Hawaï 5.0., ça passe tout seul).

J’ai ajouté ma petite touche personnelle sur la poche arrière (écusson thermocollant de chez Aliexpress). Comme pour le short, j’ai utilisé des pressions métalliques, et les voisins ont dû se demander qui était le cinglé qui se déchaînait un dimanche après-midi avec son marteau, heureusement que ça va vite, quand-même.

20190302_152731

20190302_152756

Je voulais également me refaire un perfecto Mona dans ce tissu, mais je n’en ai plus assez. Je l’avais déjà fait, dans le même tissu que mon précédent Carlotta, et je ne l’ai pas plus porté : là, ce sont les manches qui sont trop juste au niveau des biceps, donc je comptais les élargir un chouïa en les coupant et carrément le doubler. Ce sera pour une prochaine fois, je le verrais bien en velours milleraies ou en jean blanc, peut-être avec un Carlotta assorti. A suivre…