Pull Bergère de France

DSC02348

Je sais, les rayures et les torsades, c’est obsessionnel, chez moi…..

Ces vils tentateurs de Bergère de France m’ayant fait une offre que je ne pouvais pas refuser, genre laines à 50 % de réduction et frais de port gratuits, j’ai craqué. Je suis faible.

Coup de cœur l’hiver dernier pour ce modèle, alors avec la promo ce printemps….

Les rangs montent sans qu’on s’en rende compte, grâce aux rayures, le modèle est hyper bien expliqué, comme toujours avec la Bergère, bref, que du bonheur.

Pour les épaules, j’ai utilisé des boutons à queue en plastique trouvés chez Aliexpress (les mêmes que ceux de Bergère de France, qui étaient en rupture de stock).

Petites notes concernant ce modèle :

  • Pour les boutonnières, j’ai fait des boutonnières layette, plus nettes et plus jolies, je trouve ;
  • Je ne suis pas fan des bordures tricotées à part puis cousues ensuite sur l’encolure, alors j’ai relevé les mailles à l’encolure ;
  • Pour le blocage, comme on dit de nos jours, et l’assemblage, rien ne vaut cette bonne vieille méthode des Doigts d’Or : je vous l’ai scannée, la voici, la voilà ;
  • Il me reste une pelote non utilisée de blanc et je n’ai pas beaucoup usé la deuxième pelote rouge non plus. Chic, alors ! Je vais pouvoir encore m’amuser avec cette jolie laine, qui me rappelle Canasta de Phildar, qui n’existe plus, hélas.

DSC02342

J’ai aussi commandé du Coton Fifty pour me faire un autre pull à rayures. Oui, je sais, mais il est à manches courtes et pour la belle saison, celui-là, cépapareil !

Publicités

Chemisier Vitamine (encore !)

Cette fois, c’est la bonne ! Après avoir réussi ma blouse Vitamine, j’ai essayé, pour voir, de caser les pièces sur mon mètre de tissu acheté chez Mondial Tissus en même temps que le tissu pour mon bermuda Burda. Youpi ! si je place les parementures des épaules perpendiculairement au droit-fil, j’arrive à tout caser !

Dans la foulée, j’ai coupé les pièces et attaqué bille en tête. Non, pas vraiment, j’ai lu et relu les super explications d’Ivanne pour ne pas faire d’ânerie, ça va vraiment tout seul quand on y est attentif. Surtout maintenant que je me suis remise à Burda.

DSC02306.JPG

Petit peton de mon petit assistant en haut à droite

Bref, j’ai honteusement copié la version rose qu’elle a publié sur son blog, avec couture des côtés et des épaules en couture anglaise et finitions des parementures à la surjeteuse.

Et toujours des boutons pression en métal de chez Aliexpress.

Et voilà. Je suis ravie. Je maîtrise ce patron, désormais. 😉

DSC02299.JPG

Édit du 06/11/2018 : En fait, non, ça ne va pas du tout : si le 36 est trop juste, en revanche, je flotte dans le 38. En outre, je trouvais que ces parementures aux manches rigidifiaient trop l’ensemble. Je les ai donc décousues afin de les remplacer par un biais. Et là, je me suis rendue compte qu’il me fallait jeter l’éponge. J’ai donc donné ce chemisier à ma maman, pour qu’elle se serve de ce beau (et cher !) coton pour faire des finitions pour ses broderies.

Bref, mon enthousiasme premier pour Ivanne est retombé comme un soufflé (ah ah !) à la sortie du four, à cause de ce patron, qui ne me va pas du tout. Et comme j’ai plein de patrons de jolis chemisiers dans mes Burda, je ne vais pas me casser la tête à faire du patronage….