Robe Opale d’Ivanne Soufflet

Youhou ! Victoire ! Enfin une cousette issue d’un patron d’Ivanne Soufflet que j’ai réussie et que j’ai grave envie de porter !!!

J’avais acheté son livre Grains de Couture pour Hommes et Femmes au printemps 2017, après un coup de cœur absolu pour la robe Opale et son style 50’s que j’affectionne tout particulièrement.

Je me suis refait la main en couture avec les 1001 Perles, Trop Top, Magnésium et autres Vitamine dont j’ai cousu plusieurs exemplaires….et que je n’ai jamais portés ou très peu…..et dont j’ai fini par me débarrasser. Il n’y a que mon manteau Magnésium que j’ai bien porté, jusqu’à cette année, lorsque j’ai trouvé un chouette manteau Caroll d’occasion mais comme neuf sur eBay au tiers de son prix d’origine. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces vêtements, super agréables à coudre, hyper pédagogiques quand on se met ou qu’on se remet à la couture, ne correspondent pas, mais alors pas du tout, à mon style. Je ne me sens vraiment pas bien dedans, en plus.

Je suis franchement dépitée, et la chemise Vitamine, mon grand flop couture de 2018, a failli me dégoûter de ces patrons, qui restent hyper géniaux à coudre, j’insiste là-dessus : je n’ai rien à leur reprocher, ils sont absolument parfaits, c’est juste qu’ils ne me correspondent pas du tout. En plus, Ivanne est vraiment géniale et sympa et est toujours disponible pour les couturières en détresse. C’est bien pour toutes ces raisons que j’ai voulu retenter de coudre un de ses patrons.

J’avais gardé dans un coin de ma tête l’envie de me coudre une robe Opale. J’attendais l’inspiration et le tissu. Et puis un matin, j’ai pris du papier, des crayons de couleur, contrôlé les morceaux de coupons de satin de coton qu’il me restait et j’ai imaginé ceci :

20190126_110938

Au final, j’ai gardé la goutte d’origine, je n’ai pas osé la modifier, trop peur de me tromper et de me vautrer lamentablement, ce qui aurait été la goutte d’eau, justement…

Pas mal de blogueuses ayant trouvé que les patrons de ce livre taillaient petit, j’ai directement coupé une taille 40 sans me poser de question.

J’ai bien pris mon temps, je me suis bien appliquée, notamment pour que la fameuse goutte soit parfaite.

Je l’ai plutôt vite cousue, elle n’est pas compliquée lorsqu’on a l’habitude de coudre (c’est aussi pour ça que j’ai tant attendu avant de la coudre, cette robe, j’en ai rêvé, je voulais qu’elle soit parfaite) et……

Ta da ! Elle est parfaite, je suis fière comme Artaban, sur ce coup-là ! Le seyant est parfait, elle me va bien, je ne me sens ni engoncée ni sac à patate dedans (alors que c’est le cas dans toutes mes cousettes précédentes d’Ivanne : je m’y sens à la fois étriquée à la poitrine et flottant dedans en-dessous, c’est assez bizarre, j’en conviens, en fait, je crois qu’elles ne conviennent pas du tout à ma morphologie).

20190126_104852

20190126_105537

Le fin du fin, j’ai brodé une bride boutonnière pour la goutte, qui est bien ronde, en plus :

20190126_104300

La couleur du bouton est exactement la même que la partie bleue du devant :

20190126_110552

Bref, j’adore cette petite robe !

Du coup, je louche de plus en plus sur la veste Améthyste et sa variante….et sur la jupe Perle de Nacre et, bien évidemment, la robe hybride Opale/Perle de Nacre….

Je suis super contente, j’adore ce bouquin et ma vie de couturière est belle ! Mouahahah !!! et je vais aller me calmer et me boire un petit whisky.

Allez, encore une photo pour la route, je suis trop contente de moi !

20190126_105451

Publicités

Pull à feuilles Bergère de France

20190117_150636.jpg

Un modèle trouvé dans le Best Of de Bergère de France, à télécharger ici.

Je vous conseille de commencer par le dos et les manches, afin de garder le plus dur pour la fin : ce superbe devant avec un motif assez compliqué.

Bon, il suffit de se concentrer et d’y aller lentement et de coller les gosses au lit.

Cherry on the cupcake : il est réalisé en Idéal, ma laine préférée. Et, comme j’adore les torsades, je n’allais pas bouder mon plaisir.

20190117_150018

Dans la foulée, j’ai terminé mon deuxième exemplaire de béret Drops. J’avais offert le premier à ma maman pour la Fête des Mères, celui-là est pour moi :

20190117_150407

J’en ai profité pendant que Pierre était occupé à replier mon trépied après ma séance photos pour lui coller mon béret sur la tête ! 

J’adore ce bonnet : il est super léger et tient super chaud, idéal en ce moment. 😉

Sinon, pour en revenir au pull, le motif de feuilles, que j’appréhendais tout-de-même, ne s’est pas avéré trop compliqué : il faut juste suivre les explications sans se poser de question et ça monte tout seul. Un bémol toutefois : je ne saurais que trop vous conseiller de régulièrement passer un fil de survie une fois que vous avez tricoté à l’endroit et de photographier les compte-rangs accrochés à votre aiguille……je dis ça, je dis rien……mais si, comme moi, arrivée au 91ème rang, vous êtes obligée de tout mais absolument tout redéfaire parce que, toujours comme moi, vous avez laissé échapper des côtes fantaisies que vous ne savez pas remettre sur l’aiguille…..

N’empêche que je suis fière de moi ! J’ai bien envie de refaire un pull avec des motifs un peu compliqués, quoi, mais pas tout de suite, la prochaine fois je tricote un truc simple pour me reposer. 😉

 

Robe Fait Main

3ème et dernier coupon de ma commande chez Saint-Pierre, un coupon de panne de velours dans lequel j’ai cousu une petite robe noire issue du magazine Fait Main de décembre 1990, le truc qui ne nous rajeunit pas mais qui, lui, n’a pas pris une ride.

20181227_120114

D’une réalisation plutôt facile et rapide, je n’ai rien entoilé et j’ai fait la plupart des assemblages à la surjeteuse.

Dans la foulée, j’ai fait le caraco assorti. Je n’ai pas brodé de boutonnière, juste cousu les boutons.

20181227_120259

Fait Main, c’est comme Burda : un seyant parfait, une réalisation sans souci quand on a l’habitude de coudre. Leurs modèles sont en revanche plus simples, plus casual, comme on dit de nos jours, bref, Burda et Fait Main se complètent à merveille. Et ma pile de Fait Main est presque aussi impressionnante que ma pile de Burda…..

Sinon, la panne de velours, c’est galère à travailler, c’est pour ça que j’ai attendu d’avoir une surjeteuse pour refaire ce modèle (j’avais déjà réalisé le caraco sur la vieille Starlet de ma maman il y a plus de 20 ans, j’étais jeune et folle en ce temps-là) et que j’ai choisi des modèles simples.

Il m’aurait fallu un 38 (d’ailleurs, attention à Fait Main : suivant les décennies, mes mensurations correspondent à du 36, du 38 ou du 40. Depuis quelques années, je couds du 36, comme chez Burda) mais il n’y avait que la taille 36 et 40 et j’avais la flemme de tracer la taille intermédiaire ; j’ai donc coupé un 40 sans marge de couture, après avoir élargi le patron des manches en ajoutant 2 cm de chaque coté (selon la technique que j’ai trouvée dans le livre d’Ivanne Soufflet, Grains de Couture pour Hommes & Femmes). Ouais, j’ai des biceps de déménageuse de piano. Ou de jeune maman.

Bref, c’est parfait ainsi : près du corps mais pas moulant, donc confortable.

Bonne-année-2019-message-damour.png

Des sourires, pour chasser la tristesse,
De l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,
De la confiance, pour faire disparaître les doutes,
Des gourmandises, pour croquer la vie,
Du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,
De la générosité, pour le plaisir de partager,
Des arcs en ciel, pour colorer les idées noires,
Du courage, pour continuer à avancer !

*****

Que les puces d’un millier de chiens galeux infestent le cul de celui qui te gâchera une seule seconde de ton année, et que les bras de cet abruti deviennent trop courts pour qu’il ne puisse jamais se le gratter ….