La pizza della mamma

Aujourd’hui, une petite recette toute simple, mais néanmoins un hommage à mes deux grands-mères : ma grand-mère maternelle, Marie, ma mémé que j’ai évoqué à plusieurs reprises dans ces pages et ma grand-mère paternelle, Antonia, ma nonna sicilienne.

J’ai des souvenirs d’enfance de vacances, lorsque Mémé et moi allions au marché : elle faisait sa pâte à pizza avant et, au retour, on n’avait plus qu’à l’étaler directement dans le moule à tarte avec les doigts. Elle ajoutait alors du jambon, du coulis de tomates (élaboré à partir des tomates du jardin de Pépé, qu’elle congelait en portions pour en avoir toute l’année) et fromage, sauf sur une part, car elle n’aimait pas le fromage. De ma nonna, je tiens une recette de sauce tomate qu’elle a transmis à mon papa et qui me l’a transmise à son tour.

Donc, pour moi, là, clairement, c’est de transmission dont il s’agit. Sauf que j’ai décidé de ne pas m’arrêter à mon fils. Voici donc mes deux recettes-hommage pour vous aussi.

1. La pâte

Oui, ben, une pâte à pain, c’est une pâte à pain, hein, on va pas aller chercher midi à quatorze heures……en l’espèce, j’ai utilisé la recette se trouvant au dos de mon sachet de levure.

Sauf que j’ai mis moitié/moitié farine type 110 et farine type 45 et que j’ai ajouté quelques herbes de Provence.

Resized_20180307_101140

Après, j’ai improvisé avec des restes du frigo pour la garniture.

Resized_20180307_115056

2. La sauce tomate

Si c’est la saison des tomates, tant mieux, sinon une petite boîte de tomates entières pelées, c’est tellement pratique…

Il vous faut donc des tomates, de l’ail, de l’huile d’olive, du basilic, un morceau de sucre et du sel.

On tapisse le fond d’une petite casserole de gousses d’ail émincées et d’huile d’olive et on fait chauffer tout doucement, jusqu’à parfumer la maison.

En plus, ça fait répulsif naturel contre les vampires, bien que les vampires diurnes soient plutôt rarissimes, je vous rappelle que les frères Salvatore ne sont pas des vrais diurnes, ils portent une bague magique qui leur permet de sortir en plein jour. Mais je m’égare.

Bref, vous ajoutez tomates, sel, basilic et morceau de sucre, mélangez et laissez mijoter 20 minutes.

Yapluka ajouter la sauce, puis le fromage :

Resized_20180307_115653

Malheureusement, je n’avais pas de mozzarella, je me suis donc contentée d’emmenthal râpé.

J’ai mis au four à chaleur tournante 30 minutes à 225 degrés (c’est juste une indication, moi j’ai un combiné four à chaleur tournante/grill/micro-ondes/options bizarres).

Et voilà !

Resized_20180307_122906

Elle a été très appréciée…..

20180307_125737

Bon appétit !

Publicités

Pain surprise

J’ai toujours eu envie de faire moi-même un pain surprise, de A à Z. C’est le truc régressif, de celui qu’on achetait tout fait pour les fêtes et les repas de famille, pour moi.

A tout bien y réfléchir, ça ne m’a pas paru tellement sorcier. Pourtant, ça a l’air compliqué de prime abord. Alors, j’ai bidouillé un pain surprise à ma façon, fourré avec des garnitures très simples (au cas où je me serais plantée, je n’allais pas sortir direct le saumon fumé et le foie gras).

Bref, j’ai commencé par le pain lui-même : d’après une vieille recette retrouvée dans un classeur à vieilles recettes (nan, mais, faut pas croire, je suis quelqu’un d’assez logique) et que, bien évidemment, je n’avais jamais expérimentée…..et remise au goût du jour :

1. Le pain

  • 250 g de farine blanche type 45 ;
  • 250 g de farine semi-complète type 110 ;
  • 1 sachet de levure de boulanger ;
  • 1 cuillère à café de sel ;
  • 35 cl d’eau.

Dans un saladier, préparer un puits avec la farine. Ajouter au milieu une cuillère à café de sel et la levure de boulanger.

Mélanger peu à peu l’eau tiède à la farine, en tournant.

Pétrir la pâte pendant une dizaine de minutes. Elle doit être élastique, bien lisse et ne plus coller aux doigts.

Resized_20180227_161030

La laisser reposer une heure sous torchon, à l’abri des courants d’air : la pâte double de volume.

Resized_20180227_172842.jpeg

Mettre la pâte dans une petite cocotte, beurrée et farinée – pour moi, l’Ultra Pro rond de 2 litres de Tupperware – et laisser de nouveau monter la pâte, pendant une demi-heure.

Resized_20180227_180541.jpeg

Il ne reste plus qu’à mettre le couvercle et hop ! au four à chaleur tournante à 225 degrés pendant 30 minutes.

Resized_20180227_184823

J’ai bien essayé de tracer des grignes avec un couteau, mais ça n’a pas été concluant.

A ce stade, il ne reste plus qu’à démouler le pain refroidi et à l’oublier dans votre cuisine jusqu’au lendemain.

Resized_20180227_185049.jpeg

2. La découpe et la garniture

Bon, là, j’ai bidouillé une méthode perso, sans trop me casser la tête. Bien sûr, vous trouverez des tas de vidéos sur YouTube qui vous monteront comment couper le pain dans les règles de l’art, mais, franchement, pour quoi aller chercher midi à quatorze heures ?

Donc, j’ai commencé par couper le tour. On se retrouve avec un cercle de croûte et un cylindre de mie….

20180228_091137.jpg

…..dont j’ai coupé les bouts, pour faire le fond – que j’ai bien remis à sa place – et le couvercle.

20180228_091243.jpg

Je me suis attaquée alors au cylindre de mie : je l’ai coupé horizontalement en deux cylindres identiques, puis chaque cylindre en deux verticalement pour former des demi-lune.

20180228_091414

J’ai coupé horizontalement en deux les demi-lune. On se retrouve avec 8 demi-lune.

20180228_091608

J’en ai tartiné la moitié : 2 avec du fromage frais ail et fines herbes et 2 avec de la terrine de sanglier.

20180228_091944.jpg

J’ai ensuite mis les demi-lune non tartinées sur les demi-lune tartinées pour faire des sandwichs, que j’ai coupé en quatre et remis au fur et à mesure à l’intérieur du pain pour le reformer.

20180228_092249.jpg

Et voilà le résultat !

20180228_092351.jpg

Il ne reste plus qu’à remettre le couvercle et à savourer votre triomphe. Personnellement, je l’ai offert à mes parents le jour-même, donc c’est bien la seule chose que j’ai savourée, mais, je l’avoue, je suis fière de moi sur ce coup-là. 😉

20180228_092419.jpg

Apparemment, il était aussi bon que beau, je suis ravie. 🙂