Les bodies de Marie

Oui, je sais, elle est vraiment facile, celle-là…..mais elle s’impose !

Je ne sais pas si c’est la danseuse classique en moi qui parle, mais j’ai toujours raffolé des bodies et des cache-cœur. Alors, forcément, j’ai eu le coup de foudre pour Le Body de Marie.

Je possède déjà trois bodies de Make my Lemonade, ainsi que divers patrons dans mes vieux magazines Burda et Fait Main, mais un coup de foudre, vous savez ce que c’est, on ne peut pas lutter. D’autant plus qu’ensuite je suis tombée sur les sublimes versions de Des Étoiles et des Pois, alors là, vraiment, j’étais cuite. J’ai renoncé à lutter et, quelques semaines plus tard…..

20190818_144655

Le tissu provient de chez The Sweet Mercerie et les fournitures de chez Aliexpress.

Pour Ivonic, je ne me suis pas cassée la tête : j’ai utilisé du biais élastique pour tout, à savoir l’encolure, les bretelles et les cuisses. Pour les deux modèles, du ruban à pressions pour la fermeture à l’entrejambe. Le tout commandé chez Aliexpress, donc, j’ai d’ailleurs un peu abusé au niveau quantité et je vais pouvoir coudre des bodies pour les dix prochaines années. Au moins.

The Sweet Mercerie a été un vrai coup de cœur aussi : leur jersey est de belle qualité et vraiment agréable à coudre. J’ai d’ailleurs fait une deuxième commande chez eux depuis, mais chut, gardons le suspens pour les mois à venir (d’autant plus que je n’ai encore rien cousu avec ces tissus)… Nan, et puis, franchement, un imprimé « Tigres et Dinosaures », quoi !

Personnellement, je vois Ivonic comme un sous-vêtement et Lizaig comme un vêtement, mais après, chacun fait ce qui lui plaît.

Bref, moi qui m’était dit que, franchement, pourquoi aller s’embêter à coudre des sous-vêtements, je suis conquise. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

20190818_144352

Après avoir fini les Ivonic, je suis passée aux Lizaig. Il y a 3 versions : manches courtes, manches trois-quart et manches longues, forme culotte ou forme shorty, bref, un patron versatile, comme je les aime (Sauf s’il s’agit de mon boss. J’aime pas les gens versatiles, d’ailleurs.). Je suis partie sur le bas forme shorty.

20190818_144558

Parfait aussi bien avec ma jupe La Parisienne en été de Louis Antoinette….

20190814_163737

…..qu’avec ma jupe Ada de Make my Lemonade….

20190817_162937

Et merci la surjeteuse et le pied spécial tricot pour la MAC (encore un truc trouvé chez Aliexpress – le pied, hein, pas la MAC).

En tout cas, voilà un patron qui a été amorti dès le premier mois suivant son achat ! Elle est pas belle, la vie ?

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Publicités

Robe Chiara de Make my Lemonade et Trop Top d’Ivanne S.

Soit un coupon de coton des Coupons de Saint-Pierre qui a été bien exploité !

Je n’étais pas vraiment satisfaite de ma première Chiara, bien que j’aime beaucoup ce modèle. J’ai donc décidé de m’en coudre une nouvelle, à ma façon : je ne l’ai pas du tout doublée, j’ai rajouté des parementures à l’encolure et tout surfilé à la surjeteuse. J’ai également remplacé le zip invisible par un zip normal. Enfin, j’ai remplacé les fronces à la taille par des petits plis plats.

20190731_172642

20190731_172650

Et puisqu’il me restait de quoi me faire un Trop Top, j’ai récidivé : en plus du dos boutonné, j’ai ajouté cette fois des pétales passepoilés aux épaules et des revers de manches.

20190731_210040

Comme d’habitude avec Make my Lemonade, j’ai cousu la robe en 36 et, comme d’habitude aussi, avec Ivanne S., j’ai cousu le top en 40.

Des modèles sympas pour l’été, faciles à coudre, faciles à porter, j’adore.

Petits trucs vite cousus

Réalisés en un après-midi, aujourd’hui même, expédition au bazar local pour y acheter des fermetures à glissière comprise, parce que des fois, hein, on a envie de coudre mais pas de faire un vêtement ou quelque chose de compliqué….

Une cousette qui amorce l’opération « oust les chutes de tissu », parce que ça encombre et que moi, je ne supporte pas d’être encombrée….mais pour rien au monde je n’aurais jeté les chutes de ce joli tissu enduit que j’avais trouvé au marché….

Bref, première cousette, une petite trousse carrée pour y ranger mes huiles essentielles :

20190614_193347

J’ai utilisé un tuto d’un Chouette Kit mais il y a pléthore de tutos de trousses carrées sur la Toile.

Deuxième cousette : c’est en nettoyant ma vieille trousse à maquillage en forme d’organiseur, que je me suis dit que je devrais bazarder les pochettes en plastique et les remplacer par des pochettes en tissu, histoire de lui redonner un coup de jeune.

20190614_192834

En haut, les quatre pochettes d’origine : trois en plastique et une en tissu filet. J’ai utilisé cette dernière comme modèle. En bas, le résultat.

C’est juste une trousse plate à laquelle j’ai ajouté deux œillets. Là encore, on trouve facilement plein de tutos en ligne.

20190614_192927

Voilà ce que ça donne. J’ai gardé la pochette en tissu filet et Pierre, toujours fidèle au poste d’apprenti couturier, comme vous avez pu le constater sur la première photo, s’est empressé de récupérer les trois en plastique pour y ranger des petits jouets.

20190614_193000

On doit même pouvoir utiliser un organiseur type Filofax dont on ne se sert plus pour créer ce genre de trousse, après tout.

Et hop ! Premières chutes utilisées !

 

 

Veste Nenuphar de Deer & Doe et top La Parisienne en été de Louis Antoinette

Finalement, exit les cotons japonnais, je me suis tournée vers un bête piqué de coton blanc avec un motif sympa pour me coudre cette fameuse veste kimono de Deer & Doe (ouais, j’ai fait une razzia pendant le dernier Black Friday : 3 patrons d’un coup !), trouvé là aussi tout bêtement chez Les Coupons de Saint-Pierre, pourquoi aller se compliquer la vie, je vous le demande ?

Une couture expresse, je n’ai rien entoilé, c’est parfait comme ça. J’ai cousu un 38, comme d’habitude chez D&D.

20190613_132739

Elle est parfaite sur un jean ou, comme ici, pour dédramatiser ma petite robe noire.

Comme il ne restait pas grand-chose de ce coupon, ni de celui ayant servi à coudre ma robe Magnolia, j’ai eu l’idée d’utiliser ces deux tissus pour me coudre enfin un haut La Parisienne en Été, réversible, excusez du peu !

Une face avec ce piqué de coton, donc, dont le motif s’accorde très bien avec La Parisienne (si, si, le chic parisien, le haute couture, tout ça, quoi) et l’autre face plus festive, en jacquard de viscose. J’ai posé des pressions Kam de la couleur du tissu de la jupe et hop, le tour est joué.

20190613_133433

20190613_133634

Bref, deux coupons utilisés jusqu’au bout, je suis ravie.

**********

Concernant mon ensemble La Parisienne en Été, je me dois de modérer mon enthousiasme. En effet, entre le moment où j’ai rédigé cet article et aujourd’hui, où je me suis enfin décidée à prendre des photos…..j’ai porté ma robe Magnolia…..

J’étais très contente de porter cette jolie robe de soirée avec mes baskets Totoro, pour un barbecue…. oui, parfaitement, j’ai décidé de m’affranchir des diktats de mes années de collège genre « nan, on ne porte pas de robe avec des baskets, m’enfin ! » ou « on ne porte pas une robe de soirée pour un déjeuner dans le jardin » ou « tu te crois où à t’habiller comme ça ?! ». Et hop ! Une longue et coûteuse psychanalyse évitée, c’est-y pas beau ?

Je n’aurais peut-être pas dû avoir cette pensée : « Chic ! Le gainage commence à faire son effet, j’aurais presque pu la  coudre en 36 ! ».

Surtout, je n’aurais pas dû renverser du café dessus….quoique, ça n’aurait fait que retarder l’échéance…..le passage à la machine à laver…..

En effet, j’étais désormais l’heureuse propriétaire d’une robe Magnolia taille 10 ans ! Je me suis consolée en me disant que je rentrais quand-même dedans, c’est juste qu’elle était mini et taille empire, quoi….bon, je l’ai bazardée, hein, je m’en ferai une autre et puis c’est tout.

Je sais, je sais, je ne lave jamais mon tissu avant de le coudre, cépabien, mais c’est la première fois depuis 25 ans que je couds qu’une telle mésaventure m’arrive….

Donc, prochaine cousette (enfin, non, j’ai plein d’autres cousettes à faire avant), une nouvelle robe Magnolia ! La même en courte, cette fois. Volontairement courte, je veux dire.

Et pour alléger l’atmosphère devenu dramatique au moment de l’annonce de cette tragédie domestique, voici mes baskets Totoro !! (Photo piquée chez Aliexpress, là où je les achetées)

HTB1UjYhaoD.BuNjt_ioq6AKEFXaq

On a la classe ou on ne l’a pas. 😉

Trop Top et Keep Cool d’Ivanne S.

Dans la mesure où j’ai enfin réussi une Vitamine, je me suis dit que j’allais redonner une chance à ce patron-là aussi.

Version B avec parementure au niveau du col, ourlets rapportés, des pressions Kam de la même couleur que les fleufleurs du tissu (un polycoton des Coupons de Saint-Pierre), aucun entoilage, je l’ai cousue en 40, fait pas mal de « finitions + » chères à Ivanne et…..youhou ! Elle est parfaite !!

DSC02426

DSC02428

20190501_111317

Portée avec un jean et des Converse, elle sera impeccable pour flâner en ville (ou à la campagne, tiens !) à la belle saison.

20190501_111304

Cela dit, vous connaissez mon amour immodéré des robes……

Comme il me restait pas mal de tissu, je me suis dit que j’allais coudre une jupe assortie, afin de créer une « robe deux-pièces », comme ils disent dans Les Doigts d’Or (vous savez, mon encyclopédie des travaux d’aiguilles fétiche des années 70). J’ai jeté mon dévolu sur la jupe Keep Cool, patron que j’ai acheté le jour-même de sa sortie et que je n’ai jamais utilisé. Une couture très simple, pas de prise de tête, réglée en un après-midi, impression du patron comprise.

DSC02431

Version A, ampleur minimale, fausses poches italiennes plaquées, ceinture en fonction de la largeur de l’élastique que j’ai trouvé dans ma travailleuse (ce qui m’a permis de réduire le frou-frou à 1 centimètre), aucun entoilage, elle est confortable au possible (et tenez, en rédigeant ces lignes, je trouve soudain qu’elle ressemble à la jupe Goji de Deer & Doe), bref, ce patron tout bête est une pépite. J’ai cousu un 38, elle est très confortable.

Voilà donc ma « robe » Ivanne S., que j’ai hâte de porter. Vivement l’été !

20190501_111619

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Veste Burda

20190331_153340

Parfaite avec ma robe Opale de Grains de Couture

Encore une cousette nostalgique, puisque cette veste, je l’ai déjà réalisée il y a une vingtaine d’années. Je m’en suis débarrassée il y a deux ans environ et j’ai fini par la regretter, d’autant plus que je l’avais plutôt bien réussie, ce qui, sur le moment, m’a paru incroyable lorsque j’ai rouvert ce magazine Burda d’août 1995 (eh oui !) et que j’ai relu les explications. Gloups.

Puisque le tissu dans lequel j’ai finalement cousu ma robe Sofia ne convenait pas du tout pour cette veste, j’ai laissé mûrir cette obsession ce projet et, finalement, lorsque j’ai eu le coup de foudre pour mon pilou chez Tissus de Rêve, j’ai également acheté un peu de drap de laine léger pour faire cette veste. Pour la doublure, j’ai utilisé un reste de coupon de coton à chemise que j’avais acheté aux Coupons de Saint-Pierre. Je n’ai rien entoilé. Les boutons sont des antiquités que j’ai trouvées dans mon stock de boutons.

Je me suis bien mis la pression, je voulais qu’elle soit parfaite. Alors j’ai pris mon temps et j’ai fait les finitions à la main : ourlets invisibles, montage de la doublure (j’en ai fait une partie à la machine quand-même). Ouaich.

J’adore son look Fifties (sans blague ?!!), elle est parfaite à la mi-saison ou pour réchauffer mes Belladone, Opale et autres robes d’été que je porte aussi en hiver.

Je suis très fière du résultat, elle est encore plus réussie que l’exemplaire original.

J’ai cousu un 38, c’était la plus petite taille disponible et, comme c’est une veste et qu’elle est très ajustée, c’est parfait comme ça.

20190331_153404

Honnêtement, elle a été plutôt longue à faire, je ne sais pas si j’aurai de nouveau le courage de réaliser un truc aussi complexe (quand Burda met 3 étoiles – le maximum à l’époque – à un modèle, en précisant que cela signifie « ambitieux au niveau de la réalisation et détails raffinés », vous pouvez les croire !), mais là, mon autosatisfaction est à son comble. 😉

Allez, encore des photos, je ne me sens plus, sur ce coup-là ! 😀

20190331_153405

20190331_153401

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

Vitamine d’Ivanne S.

DSC02413

Ouiiiiii ! Sonnez trompettes ! Sortez bannières et oriflammes !! J’ai enfin réussi une Vitamine portable ! Oui, portable ! Genre que je vais mettre, quoi. Incroyable.

Enhardie par ma réussite avec la robe Opale de la même Ivanne, je me suis dit que je ne pouvais pas en rester là avec Vitamine. J’aime trop les chemises (et les robes ; et les robe-chemise).

Bref, je me suis refait une Vitamine. En taille 40. Carrément. Histoire de pouvoir y caser mon 90 C et mes épaules de nageuse. Comme ma robe Opale, quoi.

Je n’ai pas pris trop de risques non plus : 1 mètre de viscose à 2 euros le mètre trouvée au marché, des pressions en résine posées à la Vario, pas d’entoilage. Et……bingo !

J’ai cousu cette version, avec en plus le pli d’aisance dans le dos.

DSC02408

Coutures anglaises surpiquées pour les coutures latérales, d’épaule et de dessous de manche, surjets ailleurs, finitions que j’affectionne sur mes chemises.

DSC02409

Je crois que je vais enfin pouvoir me coudre plein de chemises Vitamine !