Huile d’amla et infusion d’amla

J’ai découvert cette année les poudres ayurvédiques et plus particulièrement leurs bienfaits sur les cheveux, notamment la poudre d’amla.

Je suis en effet une blogueuse chevelue, totalement obsédée par ses tifs. Voilà, c’est dit.

Ces dernières années, je ne me suis pas trop posé de questions : colorations chimiques, pas de soins particuliers à part un ou deux masques achetés dans le commerce et bourrés de produits chimiques…. Je continuais à utiliser mon shampoing fait maison (j’y reviendrai 😉 ) mais je ne faisais plus de soins naturels. Bilan : pellicules, longueurs bousillées. Ouaich, paraît qu’on le vaut bien….

C’est ainsi qu’en janvier dernier un mien ami, coiffeur de son état, a eu la gentillesse de me faire un carré court, au niveau de la mâchoire, afin d’éradiquer les longueurs abîmées. Ayant alors retrouvé une chevelure digne de ce nom, j’ai cherché des solutions naturelles pour l’entretenir et surtout pour planquer ces cheveux blancs qui me pourrissent la vie depuis que j’ai 26 ans (là aussi, j’y reviendrai). Oui, parce que j’ai 38 ans et un paquet de cheveux blancs mais très localisés, en fait vous voyez Malicia des x-men , ben, moi c’est pareil, sans les superpouvoirs : la mèche de devant toute blanche, super visible donc dans une tignasse brune, la cata.

Bref, revenons à nos moutons : la poudre ayurvédique d’amla, ou groseille indienne. Pour la théorie, jetez un coup d’œil chez Aroma Zone si le cœur vous en dit et si vous ne vous êtes pas encore endormies devant votre écran avec mes digressions.

 Image

Pour la pratique, voici deux recettes que j’ai réalisées avec de la poudre d’amla et que j’ai intégrées depuis peu dans ma routine capillaire.

Huile d’amla

  • 10 g de poudre d’amla (on en trouve chez Aroma Zone mais je l’ai acheté chez Biomantique)

  • 100 g d’huile de pépin de raisin

Comme pour l’huile de carotte objet du précédent billet, j’ai mélangé la poudre et l’huile dans un pot de yaourt en verre et hop direction la yaourtière pendant 10 heures, trois nuits d’affilé (mais sans changer la poudre entre chaque séance de yaourtière).

Enfin, j’ai filtré l’huile à travers une étamine et je l’ai embouteillée dans un flacon opaque.

Infusion d’amla

  • 2 cuil. à soupe de poudre d’amla
  • 500 ml d’eau

Là, j’ai sorti la cafetière électrique du placard, et j’ai fait un café, sauf que j’ai mis la poudre d’amla dans le filtre à la place du café.

Après refroidissement, j’ai embouteillé l’infusion d’amla dans un flacon en verre muni d’un spray et j’ai rajouté quelques gouttes d’huile essentielle d’ylang ylang.

Comment je les utilise ?

L’huile et l’infusion d’amla font partie de ma routine capillaire du moment.

Pour l’huile d’amla : Je l’utilise en bain d’huile sur mes cheveux un soir par semaine : j’en mets un peu sur mes cheveux et je masse mon cuir chevelu et mes longueurs avec. Après je vais me coucher et laisse poser toute la nuit.

Le lendemain matin, shampoing et ta da din ! Cheveux hyper doux, comme de la soie !

Pour l’infusion d’amla : Je m’en sers quasiment tous les soirs : un coup de brosse rapide et pshitt pshitt dans les cheveux.

Au final, mes cheveux sont doux et brillants, je suis aux anges !!!

Huile de carotte

Image

L’huile de carotte, qui est en fait un macérât de carottes dans une huile végétale, est excellente pour la peau. Je l’utilise telle quelle en été et je m’en sers pour fabriquer de la crème pour le visage quand il fait plus froid.

Bon, en théorie, il faut laisser macérer de la carotte râpée dans de l’huile pendant plusieurs semaines. Sauf que c’est long, que ce macérât n’est pas facile à réussir (il a tendance à moisir), que lorsque ça me prend de tambouiller dans ma cuisine, je veux un résultat rapide. 😉

J’utilise donc ma yaourtière et un pot de yaourt en verre.

Il vous faut donc 3 petites carottes (bio ou du jardin, de préférence) et une huile végétale. J’utilise de l’huile de pépins de raisin, c’est une huile que j’aime beaucoup : on la trouve au supermarché du coin pour pas cher, elle ne laisse pas de film gras sur la peau (à condition de ne pas avoir la main trop lourde tout-de-même, ça reste de l’huile, hein) et est réputée pour ses vertus anti-âge.

  1. Premier soir : je râpe la première carotte, je la mets dans le pot de yaourt et je recouvre le tout d’huile de pépin de raisin et hop, je place le pot en yaourtière, je programme 10 heures et je l’oublie lorsqu’au lendemain soir.

  2. Deuxième soir : je filtre l’huile pour enlever la carotte de la veille et je refais la même opération avec la deuxième carotte, mais toujours la même huile.

  3. Troisième soir : la même chose avec la troisième carotte.

  4. Quatrième soir : je filtre l’huile, qui a pris une belle couleur orange et la verse dans un flacon. Elle est prête à être utilisée. Je rajoute quelques gouttes d’huile essentielle de carotte, mais ce n’est pas obligatoire.

Voilà, vous avez une huile qui prendra soin de votre peau, pas chère du tout et bien plus efficace que tous les cosmétiques bourrés de produits chimiques qu’on achète au magasin ou à la parfumerie (j’aime autant vous prévenir, c’est mon dada, alors je ne vais pas finir de vous enquiquiner avec ça ! lol).

Tarte aux noix de pecan

Pour vous remercier pour vos gentils commentaires et vos encouragements qui me vont droit au cœur, voici une tuerie recette que j’ai fait pendant mes vacances. Vous m’en direz des nouvelles !

Ben oui, quoi, ne pas manger on mange trop gras, trop salé, trop sucré et bouger on fiche rien, c’est les vacances, flûte !

Un fleuron de la cuisine ricaine, made in mon patelin, par mes blanches mains ! J’ai nommé la tarte aux noix de pécan, pecan pie en VO….. (une bombe calorique, la bouteille de sirop d’érable y est passée !) un gâteau très diététique, c’est bien connu, les oléagineux c’est super bon pour la santé !

Or, donc……

Recette tirée de Petit guide d’initiation à la cuisine US pour voir ce que l’Amérique a dans le ventre

  • 1 pâte sablée
  • 60 g de beurre
  • 100 g de sucre en poudre
  • 25 cl de sirop d’érable
  • 3 oeufs
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille
  • 200 g de noix de pecan
  • Sel

Préchauffer le four à 175 °C.

Faire torréfier les noix.

Abaisser la pâte et en chemiser un moule à tarte. Faire cuire à blanc pendant 15 minutes.

Baisser la température du four à 130 °C. Pendant ce temps, faire frémir 3 cm d’eau dans le fond d’une poêle et, dans un saladier résistant à la chaleur, fouetter au bain-marie le beurre, une pincée de sel et le sucre jusqu’à ce que le beurre soit complètement absorbé.

Sans cesser de fouetter, ajouter les œufs, le sirop d’érable et la vanille jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse.

Poser le saladier dans la poêle et continuer de remuer jusqu’à ce que le mélange soit brillant et chaud au toucher (55 °C au thermomètre à sucre).

Retirer du feu et ajouter les noix. Verser la préparation sur la pâte encore chaude et faire cuire pendant 1 heure environ.

Servir à température ambiante.

DSC01210

Une tuerie vous dis-je !

Enjoy !!!!!!

Verrines concombre, jambon et Vache qui rit

D’après une recette du livre Les Produits de notre Enfance en 60 Recettes

Pour 6 personnes

  • 6 potions de Vache qui rit
  • 1 concombre
  • 2 tranches de jambon blanc
  • 2 échalotes
  • 2 cuil. à soupe de crème liquide
  • 1 bouquet de ciboulette
  • poivre
  1. Sortez à l’avance les portions de Vache qui rit pour les ramollir.
  2. Pelez le concombre, coupez-le en deux dans la longueur, puis épépinez-le à l’aide d’une petite cuillère. Râpez la chair (grosse grille) et laissez-la s’égoutter dans une passoire.
  3. Pendant ce temps, hachez le jambon.
  4. Pelez et ciselez les échalotes. Mélangez-les au jambon.
  5. Travailler la Vache qui rit à la fourchette avec du poivre.
  6. Dans un bol, mélangez le le jambon égoutté avec la crème puis répartissez dans 6 petits verres.
  7. Couvrez d’une couche de Vache qui rit poivrée, puis d’une couche de jambon aux échalotes. Parsemez de ciboulette ciselée et mettez au frais jusqu’au moment de servir.

Image

Personnellement, je prépare chaque étape dans mon Délimix (le Thermomix cheap ;) ), ça m’évite bien de râper le concombre, notamment….

Je me rends compte avec la photo que ce jour-là, je m’étais trompée et avais inversé les couches jambon/vache qui rit…. 🙂

Bon appétit !!!!

Infinity Dress

Pour mon premier vrai article, j’aimerais vous présenter ma robe « infinity ». On la trouve un peu partout sur le Net, personnellement j’ai utilisé les tutoriels de Loup & Louve et de Petit Citron.

Image

Elle n’est vraiment pas compliquée à faire, d’autant plus qu’on laisse tous les bords à cru. En une journée, c’était réglé.

Il me reste du tissu, alors j’ai cousu également un petit bustier assorti, afin de pouvoir la mettre au bureau, par exemple, sans décolleté ravageur. 😉