KAL avec ma mère – Carré n° 27

Vingt-septième carré du plaid progressif de chez Abracadafil

DSC01874

Un carré avec des torsades

Et la version de ma maman ici

Publicités

Sortie de bain bébé

J’avais un lot de serviettes éponge encore emballé, que j’avais eu en cadeau à la faveur d’une commande chez feue La Maison de Valérie : un drap de bain, deux serviettes, deux serviettes d’invité et deux gants de toilette.

DSC01901

Les « serviettes » d’invité, c’est quand même un concept qui me laisse perplexe : un petit carré de 30 cm de côté….. façon de dire à des amis venus passer le week-end à la maison « au prix où est la flotte, vous prendrez une douche en rentrant chez vous !  » ?

Bref, je me suis dit que je pourrais m’en servir pour coudre des petits trucs sympa pour la toilette du Petit Crapaud.

J’ai d’abord cousu deux capes de bain, en m’inspirant du tuto de Blue Marguerite :

J’ai coupé le drap de bain en deux, ainsi que la serviette d’invité de la même couleur. J’ai surfilé les bords coupés avec un point overlock.

DSC01902

Il ne me restait plus qu’à épingler et piquer chaque triangle sur un angle de chaque carré :

DSC01904

Et c’est tout ! Je pouvais difficilement faire plus simple. 😉

Voilà donc deux sorties de bain expresses :

DSC01906

Le mannequin vedette de la Maison Marie n’étant pas encore né, deux vieux amis ont accepté de prendre la pose.

Et j’ai déjà d’autres idées de cousettes pour utiliser les autres serviettes de ce lot….

 

KAL avec ma mère – Carré n° 26

Vingt-sixième carré du plaid progressif de chez Abracadafil

DSC01873

Un papillon brodé au point de maille sur un carré tricoté en jersey endroit….. enfin, ça, c’est la théorie….. en pratique, j’ai pété un plomb, j’en avais plus que ras-le-bol de broder des papillons et des fleufleurs !!!!

J’ai donc réalisé ce carré entièrement en jacquard. Gloups. Un jacquard totalement expérimental, mêlant allègrement Intarsia et jacquard à fils tirés, bref, une horreur sur l’envers, mais bon, l’envers on s’en fiche, n’est-il point ?

Et puis, ce plaid sert à apprendre et à progresser en tricot, donc j’ai appris le jacquard et, même s’il y a des progrès à faire, ça va, il n’est pas trop vilain sur l’endroit, en dépit du fait que j’ai un peu tricoté le motif trop serré. Voilà. 😉

La version de ma maman ici, qui, elle, a tricoté le papillon en jacquard et a rebrodé les contours au point de maille…

Topponcino

Encore une découverte signée Montessori. Après la balle de préhension, j’ai voulu coudre un topponcino, deux topponcini, même, pour être tranquille et pouvoir faire un roulement.

Kesako ? Un adorable petit matelas souple pour bébé. J’ai découvert ce concept sur ce blog et j’ai utilisé le tuto et le patron gentiment offerts par Marie.

Avec un mètre de molleton , du tissu donné par un ami et une housse de couette de quand j’étais ado, j’ai pu confectionner deux topponcini et quatre housses.

DSC01895

J’ai utilisé une autre méthode en revanche pour faire le matelas.

Pour commencer, comme j’avais largement assez de molleton, j’ai découpé 4 formes dedans, sans marge de couture, que j’ai faufilées 2 par 2.

Dans un tissu blanc (Lapin, encore merci pour ton tissu !), j’ai coupé 2 housses de matelas (donc 4 formes), avec deux centimètres autour (1 cm de marge de couture + 1 cm afin de laisser de la place pour  pouvoir insérer le molleton à l’intérieur) :

DSC01887

Il ne restait qu’à coudre la housse en laissant une ouverture pour la retourner sur l’endroit et y glisser le molleton à l’intérieur. Ensuite, j’ai fermé l’ouverture avec un point zigzag.

Quelques points de couture avec un point fantaisie pour maintenir toutes les épaisseurs et voici mes deux matelas terminés :

DSC01888

J’ai investi dans une nouvelle machine à coudre équipée de plusieurs points fantaisie inutiles donc indispensables ! 😉

Il ne restait plus qu’à coudre des housses, deux pour chaque matelas, afin d’avoir une housse de rechange pour chaque matelas.

Et voilà le travail !

DSC01896Matelas recto

DSC01897Matelas verso

Je suis ravie, c’est vraiment une cousette expresse (genre un demi-après-midi) et le prix de revient est minime, puisque j’ai juste acheté un mètre de molleton à 6,49 € le mètre ! 🙂

Et vive la récup et les copains qui bossent dans le textile !!! 😉

Socquettes

Il y a un peu plus d’un an, je me suis mis en tête de tricoter des chaussettes.Ma grand-mère tricotait des chaussettes et j’ai voulu lui rendre hommage et perpétuer une tradition familiale, en quelque sorte. Et puis, j’aime bien relever de nouveaux défis.

Après moult recherches sur la Toile, j’ai réalisé qu’il y avait énormément de méthodes différentes pour tricoter des chaussettes. Qu’il existait plusieurs types de talon ou de pointe. Que l’on pouvait commencer par le haut de la chaussette ou par la pointe. Qu’on pouvait tricoter avec deux, trois, quatre ou cinq aiguilles, ou seulement avec une aiguille circulaire…..

Bref, j’ai fait un peu de tri dans tout ça, fait un mix de différents tutos, et j’ai finalement trouvé ma méthode à moi.

J’ai utilisé de la laine à chaussettes de chez Lidl,  ainsi qu’un jeu de cinq aiguilles à deux pointes en bambou.

Cette laine à chaussettes est vraiment super, facile à tricoter et surtout elle permet de créer des motifs simplement en tricotant en jersey endroit et en ne changeant jamais de fil. Elle est teinte de façon à ce que les motifs se forment tous seuls.

Le résultat n’est pas encore parfait, d’autant plus que je n’ai tricoté que deux paires pour l’instant, et que je continue à me perfectionner. J’ai fait des socquettes en taille 37 et ainsi une pelote me suffit largement pour faire une paire (et vu que j’avais huit pelotes à la base, j’ai encore de quoi faire !).

La laine se suffisant à elle-même, j’ai fait au plus simple : chaussette en jersey endroit avec tige en côtes 1/1.

DSC01885

Les jaunes, notamment, que j’ai tricotées en premier, présentent des trous et divers défauts, mais bon, c’est en forgeant que l’on devient forgeron. J’ai beaucoup mieux réussi les marrons, ayant appris de mes erreurs.

Voilà comment je procède :

Pour une paire de socquettes taille 37, il faut une pelote de laine à chaussettes (ils en vendent régulièrement chez Lidl et on en trouve facilement sur le Net) et un jeu de cinq aiguilles à double pointe 2,5.

Commencer par la tige :

Monter 60 mailles et les répartir sur quatre aiguilles. Avec une cinquième aiguille, tricoter 20 rangs en côtes 1/1.

Mettre la moitié des mailles en attente, pour ce faire j’ai utilisé deux épingles à nourrice.

IMG_20141114_135748

Le fil est à gauche parce que je suis gauchère et donc je tricote de gauche à droite. La plupart d’entre vous étant droitières, tout est inversé. Sur la photo, il n’y a qu’une aiguille, mais j’ai finalement réparti les 30 mailles sur deux aiguilles, c’est plus souple.

Tricoter le talon sur 30 mailles en jersey endroit :

J’ai utilisé la méthode des rangs raccourcis, très bien expliquée ici. Il faut bien « envelopper » le fil, comme il est expliqué dans le tuto.

Le talon se forme alors naturellement :

IMG_20150119_135020

On tricote donc 20 rangs en rangs raccourcis pour arriver à la moitié du talon : au 20ème rang, il reste 10 mailles.

Puis, on tricote l’autre moitié du talon, en ajoutant une maille à chaque rang, afin de retrouver nos 30 mailles de départ.

On remet les 60 mailles sur les 4 aiguilles :

IMG_20141120_135806

A ce stade, la tige et le talon sont terminés, on tricote 50 rangs en jersey endroit pour faire le pied :

IMG_20141211_130017

Ensuite, on tricote la pointe : on fait une diminution à gauche et une diminution à droite, à une maille du bord (je tricote simplement deux mailles ensemble pour faire une diminution), sur le dessus et sur le dessous du pied (ce qui fait 4 diminutions sur le même rang) :

  • 2 fois tous les 4 rangs
  • 2 fois tous les 3 rangs
  • 3 fois tous les 2 rangs
  • 6 fois tous les rangs.

La pointe en cours de tricotage :

IMG_20151107_214402

A la fin, il reste 8 mailles : 4 sur le dessus et 4 sur le dessous de la socquette. Plus la peine d’avoir 4 aiguilles, on n’en garde que deux et on coupe le fil, en en gardant suffisamment pour fermer le bout de la socquette.

Pour terminer la socquette : soit vous êtes douée et maîtrisez le grafting, soit vous êtes aussi peu douée que moi avec le grafting et vous trichez : j’ai mis les 4 mailles du dessus sur une épingle à nourrice et les 4 mailles du dessous sur une autre épingle à nourrice, j’ai retourné la socquette sur l’envers et je l’ai fermée avec un crochet et des mailles coulées (on pique le crochet dans la maille du dessus et dans celle du dessous qui correspond et on coule ces deux mailles ensemble, ça fait 4 mailles coulées pour fermer le bout).

Il n’y a plus qu’à faire une deuxième socquette identique.

DSC01884

Et une superbe photo de mes pieds et chevilles gonflés de femme enceinte pour parachever le tout….

Voilà, je ne sais pas si j’ai été super claire, j’ai rédigé ce tuto à partir de mes notes.

En tout cas, c’est amusant comme tout à faire ! Et déjà, la deuxième paire était beaucoup plus réussie que la première. J’en ferai d’autres, c’est sûr….