Frida # 2

Après près de deux mois sans toucher la machine à coudre, j’avais envie de me remettre en douceur à la couture, afin d’être prête pour mon ambitieux projet couture de l’automne : nous faire des manteaux jumeaux, à Petit Pierre et moi.

Le temps s’est rafraîchi, la grisaille est de retour, alors une petite robe d’été pour l’année prochaine me semblait toute indiquée. Et comme il y avait un moment que je voulais me refaire une Frida….

Cette fois-ci, j’ai cousu la version col tunisien et je n’ai apporté aucune modification, si ce n’est le buste rallongé de 10 cm et les panneaux de la jupe calés sur la largeur du tissu pour aller plus vite.

20171209_120456.jpg

j’ai acheté une ceinture pour récupérer la boucle et j’ai posé des boutons pressions Kam, j’ai trouvé tout ça chez Aliexpress pour une bouchée de pain. Quant aux oeillets, ce sont des Prym.

20171209_120415

Pour la pose des œillets, j’ai utilisé ma toute nouvelle pince Vario Love de Prym, ça a été tout seul. J’ai acheté cette pince parce que je désespérais d’arriver un jour à poser correctement les pressions Kam et, bien évidemment, le miracle s’est produit pile quand je recevais ma Vario : j’ai enfin pigé pourquoi ma pince Kam ne fonctionnait pas correctement. Et encore, je n’ai pas trouvé la solution moi-même, j’ai vu ça sur un blog ! En fait, la tige métallique qui écrase la pression pour la fixer…..ben y en une sur la pince…..et une autre de diamètre plus petit dans le blister…..et bingo ! Il suffisait de changer de tige !!!! Pffff tout ça pour ça ! En même temps, le Chinois et moi, ça fait deux. Pourrait pas y avoir une notice, au moins en anglais, nom de nom ?

Et pour les 3 mètres de jupe à froncer….gloups….heureusement que j’avais mon pied fronceur, qui m’a permis de faire de belles fronces bien régulières et surtout rapidement.

Et les pressions posées…..à la pince Kam….

20171209_120423.jpg

Clin d’œil à la Team Citron, qui nous concocte toujours de superbes patrons, un coton imprimé citronné (des Coupons de Saint-Pierre, of course) qui appelle l’été….

Ah oui, j’ai quand-même entoilé les parementures, même si cela ne figurait pas dans les explications (je me suis formée avec Burda il y a bien longtemps, ceci explique cela).

Voici donc ma nouvelle Frida, la photo ci-dessous a été prise par petit Pierre, eh oui ! Heureusement que j’avais programmé la fonction retardateur, ce qui m’a permis de plus ou moins prendre la pose ! 😉

20171209_121229.jpg

Si, si, visez le gros plan sur la tête du chaton……c’est lui qui a déclenché l’appareil !!! Pierre le roi du selfie !

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

Publicités

Petite Robe Noire

J’ai acheté il y a quelques mois deux livres de couture américains, qui fonctionnent sur le même principe : ils contiennent différents patrons de buste, différents patrons de jupe et différents patrons de manche, on mixe tout ça comme on le sent et hop ! Une robe !

20171129_143410

Le premier, c’est Boundless Style: A Mix-and-Match Sewing Pattern Workbook, de Kristiann Boos et le deuxième, c’est Sew Many Dresses, Sew Little Time: The Ultimate Dressmaking Guide, de Tanya Whelan.

Ce qui m’a plu dans le premier, c’est le look un peu rétro (on ne se refait pas !) de ces robes, et la possibilité de faire également des blouses type péplum et des jupes, en plus des robes. En outre, l’auteur nous propose sur son site une application qui permet de choisir la combinaison qui nous plaît le plus. Et puis la robe de la couverture…..mamma mia !

C’est néanmoins sur le deuxième que je me suis jetée, telle le fisc sur le contribuable. Jugez plutôt : possibilité de créer plus de 200 modèles de robes, parce qu’en plus des patrons de base, l’auteur nous donne quelques notions de patronage, ce qui permet de créer encore d’autres modèles. Et là encore, le modèle de la couverture atterrira dans mon dressing un jour ou l’autre !

Bref, ayant un superbe coupon de satin de coton en réserve (devinette du jour : qui est mon fournisseur ?), je me suis lancée.

J’ai utilisé le buste basique, la jupe droite et les manches courtes. J’ai coupé une taille 4 et au final, le seyant est parfait : pas trop serré, pas trop large, très confortable. Je ne l’ai pas doublée, le satin de coton étant suffisamment épais et opaque et j’ai remplacé la parementure d’encolure par un biais fait maison, coupé dans les ultimes chutes de ma robe Chiara et de mon Trop Top # 2 et qui apporte une touche de fantaisie que je suis la seule à voir, puisqu’il est indétectable une fois la robe enfilée. Il n’y a pas de petit plaisir.

Là, j’ouvre une parenthèse :

******

Le coup de gueule de la couturière

Sus aux zips invisibles !!!

C’est galère à coudre, absolument pas solide, de la daube pure ! Oui, même mon mercier, au marché, me l’a confirmé : c’est de la camelote mais ses clientes adorent, parce que justement, il est invisible, mais lui, il reconnaît que c’est de la (bip ! je surveille mon langage, j’ai un enfant désormais).

Et là je dis : mais on s’en fout qu’il soit visible ou invisible, notre zip ! Personne ne remarquera jamais rien, alors pourquoi se prendre la tête, hein ? pour imiter le prêt-à-porter ? mais alors, où est le charme du fait maison ?

Bref, vous l’aurez compris, autant sur ma robe Chiara, je l’avais réussie du premier coup, la pose du zip invisible, autant sur celle-là…….montage et démontage et remontage……une dizaine de fois……il a fini par péter et a atterri à la poubelle. Je l’ai remplacé par un VRAI zip : un truc certes visible, mais posé en une minute chrono, qui résiste aux outrages du temps, qui se remonte facilement sans rester coincé à mi-parcours et qu’on finit par remonter au prix de contorsions qui font lâcher son déodorant (voilà ce que c’est quand on décide de se vouer au célibat, la perfection n’est pas de ce bas monde, tant s’en faut).

Donc, j’en reviens aux zips normaux, disais-je. En plus, ils sont moins cher. Et pas si visibles que ça, finalement. Et surtout, surtout, ils sont solides !!!!

Voilà, je referme cette parenthèse colérico-hysterico-philosophico-lyrique et je continue sur ma petite robe noire.

Ah, si, une dernière chose : depuis, j’ai trouvé ce tuto qui explique comment coudre de façon invisible un zip qui ne l’est pas. Je compte bien procéder ainsi désormais.

******

Euh…..j’en étais où, moi ? Ah oui, donc au final, encore un patron super polyvalent, comme je les affectionne en ce moment. J’ai déjà d’autres combinaisons en tête…

Je n’ai pas trop eu de difficulté avec les explications en américain, les illustrations sont très parlantes et puis j’ai cousu un peu au feeling, je l’avoue. Un fois qu’on a bien en tête les différentes étapes du montage d’une robe, ça va tout seul.

Voici donc ma petite robe noire :

 

20171129_143233.jpg

20171129_142613

Ce que j’aime, c’est qu’elle est vraiment adaptable à tout : avec un cardigan et des bottes au bureau, avec des escarpins et des bijoux au resto.

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

Trendy Cape

Mon deuxième patron de chez Vanessa Pouzet

Comme le Back is back, c’est un super patron, les explications sont claires (avec une bonne dose d’humour), la réalisation est facile, bref, j’ai adoré.

20171029_152023

J’ai utilisé un lainage que j’avais depuis une vingtaine d’années dans mon placard et que je n’avais jamais osé couper. Avant de me rendre à l’évidence : 1/ Des jolis lainages, on en trouve aux Coupons de Saint-Pierre, notamment, sans problème. 2/ Bientôt, ce sera mon…..euh….neuvième déménagement ? déjà ? au cours duquel je vais le trimballer, ras-le-bol ! 3/ mer….credi ! ces quoi ces mini trous, là ? des mites ? des souris ? des gremlins ? il serait peut-être temps que je l’utilise, avant qu’il ne se fasse bouffer complètement.

Bref, voici donc ma cape (la première que je couds), avec sa ceinture assortie. Pour la doublure, je n’ai pas utilisé de la doublure (je suis la seule à détester coudre de la doublure ?) mais un tissu normal (un polyester en super promo chez….Les Coupons de Saint-Pierre, je parie que vous n’auriez jamais deviné), ayant vu pas mal de couturières le faire, sur leurs blogs. Et j’en suis ravie, ça permet de varier les styles et de se faire vraiment plaisir.

Les attaches viennent de chez Aliexpress.

Pour la ceinture, j’ai utilisé le patron de la ceinture de la jupe Ada de Wear Lemonade. Je l’ai cousue avec les mêmes tissus que la cape.

20171029_151416

Meubles de cuisine en cours de montage à l’arrière plan et jogging confortable…..ouais, c’est le week-end bricolage ici, parce que ça y est, j’ai déménagé ! Et de ce fait, je n’ai pas cousu depuis un mois et demi……et je suis en manque !!

Honnêtement, avoir découvert ces « dames patronnesses » super douées m’a vraiment redonné goût à la couture. Je ne sais pas vous, mais moi, ma collection hallucinante de magazines Burda, Fait Main et La Maison Victor, et d’autres encore….. je ne peux plus la voir en peinture ! Marre de passer trois plombes à décalquer des patrons enchevêtrés les uns dans les autres (surtout depuis quelques années, avant c’était quand-même plus lisible, j’ai la nostalgie des Fait Main des années 80 et 90), de me rendre compte en cousant que j’ai oublié de décalquer le tiers des repères, marre de couper 3 milliards de pièces dans lesquelles je dois marquer 2 millions de repères (ouais, encore eux), ras-le-bol des explications absconses et des erreurs dans les explications, voire dans les patrons (pas chez Burda ni Fait Main mais chez La Maison Victor, par exemple) et je ne parlerai pas de la liste des fournitures longue comme un jour sans pain (ça, c’est Burda). Bref, Lisa, Vanessa, Ivanne et Eleonore et Camille m’ont redonné goût à la couture, je m’éclate vraiment avec leurs patrons et, pour cela, je leur dis un grand MERCI.

Et vive la couture, vive la couture, vive la couture ! Chériiiiiiiiiiiiiiies !!!!!

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

1001 Perles # 3

Soleil.jpg

Je continue dans ma série de jupes 1001 Perles. Cette fois-ci, je vous présente la version à plis solaires, cousue en un après-midi. Je commence à prendre le coup de patte !

J’ai utilisé le même coton à pois que mon Trop Top # 1 mais je l’ai doublée, d’abord pour que les plis restent sagement en place lorsque je la porte mais aussi parce que le fond blanc est un chouia transparent. Et puis j’avais envie de la doubler, c’est comme ça. 😉

Rallongée d’une dizaine de centimètres (taille 54 en longueur pour le tissu principal et taille 48 en longueur pour la doublure), comme ma version en jean, c’est vraiment la longueur dans laquelle je me sens le plus à l’aise.

Pour la doublure, j’ai utilisé un fabuleux coton à chemise trouvé chez Saint-Pierre, comme d’hab’, très doux sur la peau, un poil extensible mais très agréable à coudre, je l’adore et rachèterai donc du coton à chemise lorsque je n’en aurai plus : c’est vraiment l’idéal pour doubler, à mon sens.

Doublure.jpg

Pas de biais cette fois (si, si, c’est possible), mais j’ai quand-même fait des coutures anglaises sur les côtés de la jupe et de la doublure, j’adore, c’est tellement net.

Plissé

Zoom sur les plis

Tiens, ça me fait penser que j’ai complètement oublié d’entoiler la ceinture devant……c’est bien le moment……tant pis !

Bon, étant donné que j’en suis à ma troisième 1001 Perles, il faut que j’aille me coudre un troisième Trop Top ! Obsessionnelle, moi ? Meuh noooooooo !!!

Trop Top # 2

Devant 1

Un Trop Top tout simple, sans manche, avec juste le dos boutonné, coupé dans le reste de tissu de ma robe Chiara, pour aller avec ma 1001 Perles en jean….

Dos 1

L’encolure, les emmanchures et le bas sont terminés avec un biais coupé dans le même tissu. Pour les boutons dans le dos, j’ai posé des pressions en résine.

Un bonheur à coudre, comme toujours avec les patrons d’Ivanne S. et les coupons de coton des Coupons de Saint-Pierre. Nan, promis, je n’ai pas d’actions dans ces deux sociétés, c’est juste que je suis fan. 😉

Il se porte très bien sur ma 1001 Perles en jean :

Devant

Dos

Mais aussi, tout simplement, rentré dans un jean :

Jean

Sympa, non ?

 

 

1001 Perles # 2

22.jpg

J’aime beaucoup ma jupette rouge, finalement, en dépit de mes hésitations premières, alors j’ai récidivé, avec un coupon de jean de mon stock, des finitions dans un reste de cotonnade fleurie et des boutons spécial jean.

J’aimerais pouvoir dire que ça a été le bonheur à coudre, mais, en fait, ça a rapidement viré au cauchemar, la faute au fil spécial jean commandé chez Aliexpress et qui est clairement trop épais pour une machine à coudre familiale d’entrée de gamme…mais bon, comme j’avais commencé à surpiquer avec ce fil de malheur, il a bien fallu que j’aille jusqu’au bout. Alors on prend son temps, on dégaine l’aiguille spéciale cuir (avec l’aiguille spéciale jean, ça n’allait pas) et surtout on oublie la canette du même fil. Inutile de préciser qu’on oublie complètement ce fil pour les coutures et qu’on le réserve aux seules surpiqûres. Et, après moult crises de nerfs et autres arrachages de cheveux, alléluia, je vous présente ma jupe de la rentrée !!! (Et je bénis l’inventeur du découd-vite.)

Je l’ai rallongée d’une dizaine de centimètres (en fait, j’ai coupé une taille 36 pour la largeur et une taille 54 pour la longueur) afin qu’elle soit boulot-compatible et stockings-friendly (ouaip, j’invente aussi des mots en anglais, maintenant).

Mis à part mes déboires avec ce fil, qui, en revanche, serait parfait pour faire des bijoux en frivolité, cette jupe est vite cousue, hyper confortable, et très soignée au niveau des finitions, comme toujours avec Ivanne S. Décidément, j’adore ce patron et compte bien continuer et le décliner à toutes les sauces.

Pour les boutons, je ne me suis pas cassé la tête, je n’ai pas voulu être plus royaliste que le roi, alors je n’ai pas fait de boutonnières. Un coup de marteau, et c’est réglé (et en plus ça permet de se défouler).

Cette histoire de dos élastiqué, c’est vraiment une idée de génie : pas besoin de zip, de bouton ou d’agrafe, on enfile la jupe sans y penser et elle est très confortable au final. Bon, elle est censée se porter taille basse mais je dois être mal fichue (faut vraiment que je me mette sérieusement au gainage !), puisqu’elle se positionne naturellement sur ma taille…..cela dit, ce n’est pas pour me déplaire, bien au contraire. Bref, vous l’avez compris, je l’aime beaucoup, ma jupe en jean.

Concernant les finitions, j’ai utilisé de la cotonnade fleurie pour les poches, la ceinture envers et le biais qui m’a servi pour les surplus de couture des poches et des côtés. Pas de surfilage, comme pour ma précédente 1001 Perles.

Jupe jean.jpg

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

 

Jupette d’été

Ou le crash-test du patron 1001 Perles d’Ivanne S.

Duo

Je l’avoue, ce patron m’a tout d’abord rendue fort dubitative. La forme trapèze (euh, ça ne va pas me rajouter des hanches visuellement ?), le dos élastiqué (euh, ça fait pas un peu mémé ?), la taille basse (euh, et mes abdos Kro pré-grossesse ? et ma bouée post-grossesse ?) et la longueur (euh, une mini-jupe à 42 ans ? sérieux ?) m’ont fait réfléchir au moins 24 heures avant de l’acheter.

Je me suis finalement laissée convaincre par l’argumentaire et les belles photos d’Ivanne, ainsi que par les différentes versions trouvées sur les blogs ; et puis une jupe, ça peut se rallonger. Et j’aime tellement ces patrons hyper polyvalents !

J’ai donc réalisé un crash-test, avec une des versions les plus simples, pour voir ce que ça pouvait donner.

Je l’ai réalisé en coton rouge à fleurs blanches et me suis servi du même tissu pour les pièces qui devaient normalement être découpées en doublure. J’ai également fabriqué un peu de biais, toujours dans le même tissu. Je me suis dit qu’au pire, je pourrais toujours la porter à la maison, si je n’étais toujours pas convaincue par la forme et la longueur. En quelque sorte, c’était une toile.

Au fur et à mesure de la réalisation, je me suis laissée séduire par les finitions hyper soignées de ce modèle (en option, mais bon, tant qu’à faire) : dans l’ordre de la réalisation :

Poches italiennes

Poches italiennes

Surplus des poches

Surplus des poches bordés de biais

Coutures anglaises.jpg

Coutures anglaises pour les côtés

Au final, je n’ai eu aucun surplus de couture à surfiler, entre l’ourlet classique replié deux fois, le biais sur les poches et les coutures anglaises. Bref, des finitions plus que parfaites !

Et voilà le résultat final :

Devant

Devant

Dos

Dos

Verdict ?

1/ Un vrai plaisir à coudre, avec des explications très détaillées, des petits plus en option mais qui font toute la différence et un patron absolument parfait, très seyant, exactement comme le Trop Top de la même Ivanne S, bref, que du bonheur !

2/ Hyper confortable, avec l’élastique au dos ! Je vais la décliner en tout un tas de versions, c’est certain……

3/ Clairement, pour une version moins estivale, je la rallongerai, parce que moi, j’aime bien les bas et je déteste les collants.

Jupe 1

Minizup et Matouvu

Jupe 2

Bref, vous l’aurez compris, couturières débutantes ou en perfectionnement, je vous conseille ces merveilles de patrons !

Bon, je vous laisse, je cours m’en faire une deuxième…….mais avec le plissé soleil sur le devant et des passepoils !!! ou alors en jean avec le boutonnage devant…..