Robe Ginger de La Maison Victor

Je n’arrivais tellement pas à me décider entre les deux versions, normale et festive, que j’ai cousu les deux !

DSC02189

Sauf que ça a été une vraie péripétie, qui a duré des années.

Flashback : décembre 2013 : un nouveau magazine de couture et DIY apparaît en kiosque : La Maison Victor. Bien entendu, je craque et il atterrit  illico dans mon caddie. J’ai notamment le coup de foudre pour cette robe Ginger qui existe en deux versions. J’ai un joli tissu, j’attaque donc bille en tête, fin décembre 2013, la version simple.

Hélas, il y a des années que je n’ai pas vraiment cousu de vêtement et j’ai un peu perdu la main. Et puis, j’ai l’habitude de Burda et de leurs explications très détaillées. Bref, je ne percute pas que si La Maison Victor ne précise pas qu’il faut soutenir les épaules dos et les têtes de manche, c’est parce que pour eux, c’est évident. Pour moi, ça ne l’est plus et je bloque donc aux emmanchures. J’essaie de bidouiller en les retaillant, c’est une catastrophe et ma robe finit aux oubliettes.

Fin janvier 2016, je la reprends. Toujours galère, sauf que là, je percute enfin. Elle finit à la poubelle et je recommence dans un autre tissu. J’ai également un joli tissu moiré, alors j’en coupe une deuxième, qui sera la version festive. Je suis fatiguée, de toute façon, je ne pourrai pas les porter cette année puisque je vais allaiter et elles finissent aux oubliettes.

Fin février 2017, prise d’une envie de couture, je les ressors. Je finis la version simple, le seyant est parfait, je suis ravie.

Puis, je m’attaque à la version festive. Mince, mon fer à repasser est trop chaud, j’ai fait un trou à une manche ! Grrrr. Bon, de toute façon, je n’avais pas coupé la ceinture, les passants et les poignets, donc je vais aussi refaire une manche. Damned ! Où est mon moiré ? Je n’en ai plus ? Bon, celle-là aussi file à la poubelle et je recommence dans un autre tissu, un taffetas rose.

Mars 2017, la version festive est terminée ! Elle est du plus bel effet, sauf que je regrette d’avoir utilisé ce taffetas, tout juste épais pour servir de doublure. Pas grave, je porterai un fond de robe dessous. Non, je ne la ferai pas une troisième fois !

Bref, c’est avec une fierté non dissimulée que je vous présente mes deux Ginger, après tout ce temps et tous ces efforts !!!!

Comme je le disais, j’ai un peu perdu la main en couture et je n’ai surtout plus envie de me prendre la tête avec des détails compliqués, c’est pourquoi j’ai remplacé tous les biais et autres parementures par des petits ourlets, tout simplement (et même par un ruban de satin pour l’encolure de la Ginger festive).

Pour atténuer le coté strict de la version simple, à rayures tailleur, j’ai cousu tous les ourlets avec un point fantaisie qui forme des petites fleurs (et puis, il faut bien justifier le fait que j’ai acheté une machine qui fait plein de points, alors que je ne me sers quasiment que du point droit et du point zigzag, oui, même pour les surjets, et même pour coudre du jersey).

Pour la version, festive, en revanche, oui, sur le prototype en moiré, j’avais fait les ourlets des ouvertures des manches et du dos avec un autre point fantaisie, mais, quand je l’ai refaite, exit les points fantaisie, bonjour le point droit. Je commençais à me lasser. J’aime beaucoup la poche et les manches boutonnées, qui ajoutent un cachet supplémentaire. J’ai utilisé des boutons à recouvrir et le tissu de la robe.

DSC02187

Conclusion : pour l’instant, je n’ai pas encore utilisé un autre  patron de La Maison Victor, ça ne devrait pas tarder, d’autant plus que j’ai tous les numéros et qu’il y un plein de modèles qui me plaisent, mais j’espère que je galérerai moins.

En cherchant bien, j’ai trouvé une mini-robe en satin rose pâle, sur eBay, que je pourrai porter sous la Ginger festive. Elle est dos nu, afin de ne pas ruiner l’effet de l’ouverture dans le dos. Je vais quand même devoir la reprendre, elle est trop longue et les bretelles se croisent dans le dos. Quand je dis que j’aurai galéré jusqu’au bout, avec ces Ginger !!!!  Heureusement, le jeu en valait la chandelle et j’ai hâte de les porter.

Il y a quelques semaines, j’ai découvert (ou plutôt redécouvert) un site formidable où l’on peut télécharger des patrons en PDF ou carrément acheter les vêtements tous faits. Il s’agit du site d’une jeune et déjantée créatrice, amatrice de limonade, je vous en reparle très bientôt. J’ai eu un véritable coup de foudre et depuis, je fais chauffer la MAC tous les jours ou presque.

Du coup, je participe au défi Je peux pas, j’ai couture ! organisé par ClRsapi.

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

Bloc-notes en habit de printemps

J’aime tellement tout noter dans mon agenda que je me suis dit que je finirais par m’offrir un vrai Filofax, pour l’année prochaine. Sauf que lorsque je fais une fixette, je n’ai de cesse de cogiter dessus jusqu’à obtention, acquisition ou réalisation….

En janvier, je me suis donc payé le Filofax de mes rêves. Et aussi une perforatrice six trous, tout exprès, afin de pouvoir notamment mettre les pages de mon joli agenda dedans, celles fournies par Filofax étant vraiment tristounettes.

DSC02196

DSC02207

Ce bel objet m’ayant déjà coûté un bras, je n’avais pas franchement envie d’investir tout-de-suite dans des feuillets supplémentaires de la marque. Cela dit, c’est un format A5, donc des tas d’alternatives peuvent être trouvées : par exemple, prendre des feuilles A4, les couper en deux et les perforer ou investir dans un bloc-notes type Rhodia, dont il ne restera plus qu’à perforer les pages que j’aurai envie d’insérer dans mon Filofax.

J’ai donc investi dans un bloc-notes à petits carreaux. Sauf que ce truc, bien que pratique, est d’une banalité à pleurer à côté de mon Filofax. Alors, je me suis dit : pourquoi ne pas lui coudre un bel écrin ?

J’avais épinglé sur Pinterest le sac d’artiste de Sweet Anything il y a un moment mais je l’avais quelque peu oublié (c’est bien la peine d’épingler tout un tas de trucs !), jusqu’à ce que je tombe sur la version de ClRsapi, trop jolie. J’ai cogité, cogité, mais finalement je n’étais pas convaincue. Je suis donc retournée sur Pinterest pour voir si d’aventure je n’avais pas déjà épinglé le modèle de mes rêves. Eh bah si, justement ! Pffff vous comprenez maintenant pourquoi je note tout ?

J’ai utilisé le tuto de RekinCitron, au départ je pensais utiliser du jean et du liberty, mais, en me baladant sur le marché, j’ai eu le coup de foudre pour une toile de lin enduite imprimée de papillons, de fleurs et de belles lettres.

Pour le fermer, j’ai cousu un bouton et un ruban.

La bête sur toutes les coutures :

DSC02199.JPG

DSC02204.JPG

DSC02177

DSC02178

Ouais, je sais, je couds une belle couverture pour mon bloc-notes, je me ruine dans un Filofax et j’utilise mes sempiternels Bic Crystal avec la grosse bille de bourrin….. j’adore !!!!!