Pyjama Amour de Make my Lemonade

20190217_103311

Toujours avec la housse de couette qui m’a servie à me faire la Chemise Alphonse des mêmes Make my Lemonade, voici le pyjama Amour, qui va me permettre de traîner chez moi en beauté l’été prochain.

Vite fait bien fait, je n’ai rien entoilé là non plus (je suis une rebelle ! yeah !) et j’ai opté pour des pressions Kam. J’ai essayé de les poser non pas avec ma pince Kam mais avec ma pince Vario et là….. THE révélation ! Je n’ai jamais réussi à poser aussi bien ces fichues pressions ! C’est officiel, cette fois, je revends cette pince Kam sur Le Bon Coin ou la donne aux Emmaüs, je suis trop pas douée avec, je me sens carrément plus à l’aise avec la Vario.

Bref, biais et passepoil rouges, pressions et élastique noirs, tout baigne, je suis trop fan de Make my Lemonade. Comme d’hab avec MML, j’ai cousu un 36. Pas de couture anglaise cette fois, finitions à la surjeteuse.

20190221_101337

Et une photo de moi en pyjama, histoire de nourrir vos cauchemars ! Mouahahah !!

 

Publicités

La Parisienne en Eté de Louis Antoinette

20190210_121654

En cherchant l’inspiration tissu pour me coudre une veste Nénuphar de Deer and Doe, je me suis retrouvée, Dieu seul sait comment, sur le site de Louis Antoinette.

Et là, exit ma veste kimono, je craque complètement pour l’ensemble La Parisienne en Été, tant et si bien que je commence à coudre la jupe 2 heures plus tard pour la finir le surlendemain (et ça, c’est parce qu’on était samedi et que j’ai attendu lundi pour aller acheter une fermeture à glissière).

J’ai utilisé le même satin de coton que pour ma première Belladone et je suis ravie du résultat. En plus, elle donne de l’air à la jupe Chardon de Deer and Doe, sur laquelle je me suis retenue de craquer. Mais comme là, il y avait deux hauts assortis, j’ai craqué. Ouais, je suis la reine des excuses foireuses lorsqu’il s’agit de craquer sur un patron.

Bref, pour l’instant je n’ai cousu que la jupe, ce qui donne plutôt une Provinciale en Hiver qu’une Parisienne en Été, mais je compte bien lui faire ses deux hauts assortis….

Quant à ma future Nenuphar, j’hésite encore entre l’imprimé « carpe Koï » et l’imprimé « Maneki Neko », qu’il faut pouvoir assumer, je l’admets….

J’adore ce style un peu rétro, j’ai pris plaisir à la coudre, les explications sont claires, le seyant parfait (j’ai cousu une taille 38) et j’ai beaucoup aimé l’humour de ces messieurs de chez Louis Antoinette, autant coudre dans la joie et la bonne humeur.

On peut facilement la rallonger pour en faire une jupe midi, par exemple, c’est vraiment un patron qui offre plein de possibilités et qui permet de faire des jupes vraiment différentes en fonction du tissu choisi. Bref, un classique ! (Et en plus elle a des poches !)

Je participe au défi « Je peux pas j’ai couture. », organisé par Claire.

Je-peux-pas-jai-couture-S3-1

 

Chemise Alphonse de Make my Lemonade

20190128_143300

Pliage de chemise en mode ménagère de moins de 50 ans ayant été impressionnée par la lecture de Marie Kondo…

La chemise de toutes les expérimentations….le plus incroyable, c’est que je l’ai réussie !

Tout d’abord, je l’ai découpée….dans une housse de couette trouvée au rayon « Ikéa des Petits », chez mon Suédois adoré ! Ouais. Après tout, quoi de plus doux et confortable qu’un drap 100 % coton ?

Ensuite, j’ai choisi de ne rien entoiler, pour garder le côté confort et parce que je déteste rigidifier mes chemises cousues maison avec de l’entoilage. Il m’a fallu foirer quatre Vitamine (et aussi la patte polo de celle-là, voir plus bas) pour en arriver à cette brillante conclusion….je suis un peu longue à la comprenante, parfois.

Et, fin du fin, j’ai tenté le montage des emmanchures….avec une couture anglaise ! Je ne savais pas si c’était possible (avec une couture rabattue, je connais, mais avec une couture anglaise, non).

Bref, donc, expédition chez Ikéa, d’où j’ai ramené une parure de couette pour un lit une personne. J’ai décousu la housse patiemment et repassé les deux coupons ainsi obtenus. Dans le premier, j’ai coupé Alphonse, donc, et un début de pyjama Amour, mais n’anticipons pas.

j’ai commencé par me vautrer royalement en faisant la patte polo et, ayant dû recouper un devant et la patte polo, j’ai choisi de ne pas entoiler du tout la deuxième mouture, pour voir. J’ai surtout utilisé ce tuto, super bien fait. (j’ai quand-même thermocollé le petit rectangle de toile en bas de la fente, mais pas la patte). Vu que j’étais satisfaite du résultat, j’ai décidé de ne rien entoiler du tout par la suite, ni le col, ni les poignets, rien de rien.

Comme Lisa dans sa vidéo, j’ai usé et abusé des coutures anglaises. Emportée par mon enthousiasme, je n’ai fait que des coutures anglaises, d’ailleurs. Je les ai toutes surpiquées, pour garder l’aspect « chemise d’atelier », j’adore.

J’ai donc essayé de faire aussi une couture anglaise en montant les manches dans la chemise, avec une surpiqûre là encore, et, bingo ! Nickel !

Finalement, je n’aurai utilisé la surjeteuse que pour surjeter les deux centimètres de tissu au bas de la patte polo, sur l’envers. Bref, des finitions parfaites. J’ai également fait  les surpiqûres d’origine sur la poche poitrine, genre « je range mes pinceaux dedans ».

J’ai même réussi à trouver 7 petites boutons noirs dans mon vieux stocks de boutons. Et, vu qu’il n’y avait pas d’épaisseur due à la toile thermocollante, les boutonnières ont été brodées finger in the nose.

Assez de blabla, la voici la voilà :

Portée toute boutonnée et rentrée dans le jean :

20190128_142215

Portée cool Raoul :

20190128_142607

Des détails techniques mais agréables à coudre : patte polo, poignets avec fente indéchirable…

Je l’ai réalisée en taille 36, elle tombe très bien et est très confortable.

Bref, je suis super contente du résultat ! A tel point que je me demande si je ne lui ferai pas des petites sœurs, à cette jolie chemise…….